Planète

Comment réparer les dommages provoqués par un grand barrage ?

ActualitéClassé sous :développement durable

-

La construction du barrage de Glen Canyon, achevée en 1963, avait pour principal objectif de mieux maîtriser le cours de la rivière Colorado tout au long des Etats qu'elle traverse (Colorado, Nouveau-Mexique, Utah et Wyoming). Lors des premières années, des améliorations considérables ont été constatées - absence d'inondations imprévisibles et de tempêtes de sable pendant la saison sèche - et le Colorado s'est transformé en une rivière mondialement réputée pour la pêche à la truite tout en permettant de produire une quantité importante d'énergie.

Néanmoins en 1990, le Département de l'Intérieur (DoI) a commencé à s'inquiéter de l'explosion de la population des truites accompagnée d'une baisse des autres espèces, de l'accumulation de débris freinant le tourisme fluvial, et de l'absence de formation de nouvelles plages.

Aujourd'hui, le Grand Canyon Monitoring and Research Center à Flagstaff (Arizona), en collaboration avec de nombreux partenaires, développe un programme de " gestion adaptative " de l'écosystème affecté par la présence du barrage. Ainsi, dès 1991, le DoI a décidé de stopper la fluctuation quotidienne causée par l'utilisation de l'eau pour la production hydroélectrique afin d'empêcher l'érosion massive du lit de la rivière.

Cette année, sur les conseils des sédimentologistes du United States Geological Survey, le Monitoring and Research Center met en oeuvre un plan complexe visant à restaurer l'ensablement de manière expérimentale et envisage également de réduire la population de truites.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi