La montgolfière familiale. Dans les années 1900, certaines personnes avaient imaginé des engins volants de différentes tailles (un peu comme le principe des voitures berlines familiales d’aujourd’hui) largement calqués sur les montgolfières. En effet, un peu plus d'un siècle plus tôt, les frères Montgolfier (Joseph-Michel et Jacques-Étienne) avaient fait voler le premier ballon gonflé d’air chaud. Dans l’imaginaire populaire, le ballon était donc l’une des seules formes d’objets volants connues. © Hildebrands

Sciences

Aéronautique

Les débuts de l’aviation en dix projets insolites

Sciences

Vue en coupe de l'intérieur d'Encelade, laissant apparaître une zone d'eau liquide d'où pourrait provenir la matière s'échappant des geysers froids. © Wikipédia, DP, Nasa/JPL/Space Science Institute

Sciences

Belgique : Matériel utilisé : Sony a7 III + ZEISS Batis 18mm f/2.8 | Fornax Mounts LighTrack ||Photo de premier plan : f/11 120 sec ISO 400Photo d'arrière plan : f/2,8 240 sec ISO 800© Delil Geyik, tous droits réservés

Sciences

Carte altimétrique de la face cachée. Carte altimétrique de la face cachée de la Lune, réalisée à partir des mesures obtenues par le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO). Les zones les plus basses sont bleues (comme le bassin Aitken au pôle Sud), les hauts plateaux sont rouges. © Nasa/Goddard

Sciences

Éruption d'un trou noir supermassif. Vue d'artiste de l'éruption d'un trou noir supermassif;  gaz et poussières sont représentés en marron ; ils sont attirés par l'énorme gravité du trou noir niché au centre d'une galaxie elliptique.

Sciences

La Voie lactée, échine de la voûte céleste, photographiée ici au Chili. Au loin, à l’arrière-plan à droite, le VLT au sommet du mont Paranal (2 700 m). © P. Horálek, ESO

Sciences

2013 : Dragon Dream ML866, le mastodonte des airsIl aurait été le chaînon manquant entre l’aéronautique et l’hélicoptère. Dragon Dream était un prototype dont le vol d’essai et les tests de flottaison avaient été concluants. Conçu par la Worldwide Aeros corp, spécialisée dans les dirigeables publicitaires et basée à Montabello en Californie, le projet, baptisé Pelican, avait reçu un financement du département américain de la Défense. Celui-ci avait prêté pour sa fabrication le vieux hangar d’une base aérienne dont le toit s'est effondré sur le prototype. Ce partenariat s’est donc interrompu en 2013.Néanmoins, les recherches se poursuivent et le fondateur Igor Pasternak travaille sur la prochaine génération de son Aeroscraft, ML 866, à coque rigide, une sorte de squelette flexible ovoïde aplati, en composite de fibre de carbone. Sa longueur est de 166 m et sa charge de 66 tonnes, il pourrait atteindre une vitesse maximum de 222 km/h, et son autonomie serait de 5.700 km, avec un plafond d’altitude de 3.700 m. L’atterrissage et le décollage sont verticaux (Vertical Take-Off and Landing-VTOL) et le dotent de capacités opérationnelles à basse vitesse, en vol stationnaire.L’entreprise Aeros a reçu en 2015 un brevet pour sa technologie Cosh qui dote le dirigeable d'un système de compression de l'hélium permettant d'ajuster la flottabilité de l'avion dans les deux sens en vol. L'astuce de sa technologie consiste à échanger sur commande l’hélium contre l’air aspiré de l’extérieur, elle surmonte la limitation des aéronefs déjouant la lourdeur statique et le besoin de ballast externe. En effet, un dirigeable doit embarquer du lest pour compenser le poids perdu lorsque sa cargaison est déchargée, ou il nécessite un équipage au sol pour le maintenir avec des cordes.L'Aeroscraft est équipé de moteurs de poussée vectoriels, propulsé par d’énormes hélices et six réacteurs à double flux facilitant les manœuvres dans n’importe quelle direction. Au lieu d'un train d'atterrissage à roues, Aeroscraft est équipé de coussins d’atterrissage, comme ceux d'un aéroglisseur, avec ventilateurs réversibles, afin que le navire puisse atterrir sur pratiquement toutes les surfaces.Son concepteur affirme qu’il émet zéro émission de carbone et qu’il représente une technologie résolument verte, en mesure de transporter de gros volumes de fret, sur de longues distances, créant de nouvelles opportunités intéressantes pour le transport aérien, en matière de logistique commerciale et militaire et de secours aux sinistrés. Il pourrait traverser le continent américain en 18 heures en survolant les sites nationaux naturels. Igor Pasternak travaille sur deux autres plus grands modèles : le ML868 (230 m de long) aura une capacité de 250 tonnes et à terme le ML86X (280 m de long, 108 de large), d’une capacité de 500 tonnes.Dragon Dream ML866 and Tustin Hangar. © Parkhannah CC by-sa 4.0

Sciences

Photo de Saturne en infrarouge. Cette photo de la planète Saturne a été prise en infrarouge. © Erich Karkoschka (University of Arizona), Nasa

Sciences

L'ornithoptère de Thomas Edison. Le terme « ornithoptère » désigne une machine qui imite le battement d’aile des oiseaux. Autrement dit, ce sont des machines qui peuvent voler à la seule force musculaire humaine. Bien que très joli, ce dessin attribué à Thomas Edison n’est pas vraiment réaliste. Léonard de Vinci a également travaillé sur de nombreuses machines volantes de ce genre. Aucune n’est parvenue à décoller. © Illustration d’après le Daily Graphic

Sciences

Une représentation d'artiste du Système solaire qui n'est pas du tout à l'échelle. © Nasa

Sciences

Le Supermarine Spitfire et son moteur Rolls-Royce. Avec le Messerschmitt Bf 109, le Supermarine Spitfire est l’autre avion de chasse légendaire à s’être illustré durant la Seconde Guerre mondiale. C’est notamment grâce à lui que la Royal Air Force britannique a pu remporter la célèbre bataille d’Angleterre. Ce monoplan à ailes elliptiques se caractérise par son profil très aérodynamique qui lui permettait d’atteindre les 650 km/h grâce à son moteur Rolls-Royce. Le Supermarine Spitfire fut produit à plus de 20.300 exemplaires, avec des déclinaisons utilisées par plusieurs pays, notamment l’Égypte, la France, Israël ou encore la Turquie. © Jez, CC by-nc 2.0

Sciences

Le système planétaire d'Epsilon Eridani. Représentation du système planétaire d'Epsilon Eridani (une étoile naine orange), situé à 10,5 années-lumière de nous. © Nasa/Esa/G. Bacon

Sciences

L'exoplanète GJ 436b a été découverte grâce au satellite Spitzer. Située à 33 années-lumière de la Terre, cette géante gazeuse, représentée ici par une vue d’artiste, secoue le monde de la planétologie. Alors que les lois de la thermochimie impliquaient qu’une planète de ce type devrait être riche en méthane et pauvre en monoxyde de carbone (CO), comme c’est le cas dans le Système solaire, GJ 436b contredit tous les modèles actuels. En effet, les observations de cette planète ne montrent pas de traces de méthane et, à l’inverse, une abondance de CO.
© Nasa, DP

Sciences

Les nuages de gaz et la naissance des étoiles. Ces nuages de gaz situés dans la Voie lactée vont s’effondrer sous l’effet de la gravité et se transformer en pouponnières d’étoiles. On estime qu’entre 3 et 4 nouvelles étoiles naissent chaque année dans notre galaxie. © Hubble Space Telescope

Sciences

Un Sukhoi T-50 russe. © Maxim Maksimov, CC by-sa 3.0

Sciences

L'aile rhomboédrique. Une idée explorée pour réduire les traînées aérodynamiques aux extrémités des ailes : les supprimer ! C'est possible avec une forme rhomboédrique, qui se referme sur l'empennage. Aérodynamiquement, cette forme a un allongement infini (l'allongement étant le rapport entre la longueur de l'aile et sa surface). L'idée n'est pas nouvelle et a déjà été testée. Elle pose des problèmes de résistance de matériaux et de trop grande rigidité. Des nouveaux matériaux pourraient la rendre possible… © Bauhaus Luftfahrt

Sciences

Même si cette vue d’artiste fait penser à un monde parallèle, cette interprétation est basée sur un fait avéré : la découverte d’une planète chaude de la taille de Jupiter (en haut à gauche sur l'image) dans le triple système stellaire HD 188753.
Située à 149 années-lumière, dans la constellation du Cygne, cette planète massive appelée HD 188753 Ab a été détectée par Maciej Konacki après l’analyse des données de l’observatoire Keck, situé à Hawaï. Ici, l'observateur serait situé sur un satellite de cette Jupiter chaude.
© Nasa JPL Caltech

Sciences

Une impressionnante coupole. Avec ses 32 mètres de diamètre, la coupole du Gran Tecan en impose ! Une climatisation maintient à l’intérieur une température identique à l’extérieur, pour éviter les turbulences quand la trappe est ouverte.

Sciences

La montgolfière familiale. Dans les années 1900, certaines personnes avaient imaginé des engins volants de différentes tailles (un peu comme le principe des voitures berlines familiales d’aujourd’hui) largement calqués sur les montgolfières. En effet, un peu plus d'un siècle plus tôt, les frères Montgolfier (Joseph-Michel et Jacques-Étienne) avaient fait voler le premier ballon gonflé d’air chaud. Dans l’imaginaire populaire, le ballon était donc l’une des seules formes d’objets volants connues. © Hildebrands

Sciences

Une vue d’artiste du futur ELT (Extremely Large Telescope) en opération. La première pierre de ce télescope monumental a été posée en mai 2017. En 2024, il devrait ouvrir son œil de 39 mètres de diamètre sur le cosmos. © ESO, L. Calçada

Sciences

D'étranges altocumulus. Tous les nuages ne sont pas si simples à identifier. Celui photographié ici est particulièrement impressionnant. Il s’agit probablement d’un altocumulus castellanus undulatus opacus ; certains l’assimilent à une nouvelle forme de nuage proposée en 2009 à l’Atlas international des nuages : l’asperatus. Lieu : Géorgie, États-Unis. © Bradley Huchteman, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Sciences

La Station spatiale internationale (ISS) accueille entre trois et six terriens de différentes nationalités sur des périodes variables. © Nasa

Sciences

Aurore boréale au-dessus du glacier Vatnajökull par James Woodend. James Woodend (Royaume-Uni) a remporté le premier prix de la catégorie « Terre et espace » avec cette très belle composition. C’est la première fois que le jury le décerne à un paysage embrasé par une aurore. Le feu et la glace se mirent dans les eaux paisibles qui bordent le glacier Vatnajökull, au sud de l’Islande. © James Woodend, Flickr

Sciences

Transit de Mercure du 07 Mai 2003. NG9 vestapro dans un ciel voilé de cirrus © Frank Tyrlik. Tous droits réservés. http://www.astrosurf.com/astro-clic

Sciences

Explorez les lunes du Système solaire

Sciences

30 images magnifiques pour les 30 ans d'Hubble

Sciences

Culture du raisin le long du fleuve Orange. Le fleuve Orange est le plus long fleuve d’Afrique du Sud (2.160 km) et sert en partie de frontière avec la Namibie voisine. À une centaine de kilomètres en amont de l’embouchure vers l’océan Atlantique, des programmes d’irrigation installés sur les rives de l’Orange profitent de cette source d’eau douce ainsi que des riches terres des plaines inondables. Ces rectangles aux différentes nuances de vert contrastent avec le reste du paysage désertique. La Namibie est le pays le plus aride de l'Afrique au sud du désert du Sahara et la majeure partie de son territoire est impropre à l’agriculture. C’est la culture du raisin qui domine dans cette région. Les conditions climatiques locales permettent au raisin de Namibie d’être récoltable deux à trois semaines avant celui qui est produit dans la région du Cap en Afrique du Sud. Remarque : rotation de l’image 90° à droite. © Nasa

Sciences

La nébuleuse de la Pipe, au cœur de la Voie lactée. L’immense nuage sombre de la nébuleuse de la Pipe est perceptible à l’œil nu dans un ciel noir, bas sur l’horizon sud depuis les latitudes de l’Europe. Il culmine au zénith dans l’hémisphère sud, comme dans le désert d’Atacama d’où a été prise cette photographie.© ESO, Y. Beletsky

Sciences

Autre image iconique du ce premier voyage à la surface de la Lune : ici, Buzz Aldrin qui prend la pause près d’un des pieds du module lunaire Eagle. Photo prise par Neil Armstrong. Des dizaines de traces de pas tout autour d’eux.© Nasa

Sciences

Image composite réunissant deux heures d’exposition de la pluie annuelle d’étoiles filantes, les Perséides, le 12 août 2016 (nuit du maximum d’activité), au-dessus du lac Svityaz, en Ukraine. © Ihor Khomych, via Spaceweather

Sciences

Aurore boréale au-dessus du Bear Lake, en Alaska. Aurore boréale au-dessus du Bear Lake dans la base d’Eielson de l’US Air Force, en Alaska. © Wikipedia, DP

Sciences

NGC 1300, une galaxie spirale barrée. Sur cette image du télescope spatial Hubble prise en 2005, on peut observer la galaxie spirale barrée NGC 1300. Ce type de galaxies correspond à des galaxies spirales dont les bras spiraux n’émergent pas du centre de la galaxie mais d’une barre constituée d’étoiles traversant ce centre. Les astronomes pensent que deux tiers des galaxies spirales sont barrées. NGC 1300 est située à environ 61 millions d’années-lumière de la Terre, dans la constellation de l’Éridan. Elle a été découverte par John Herschel en 1835. L’analyse des données suggère qu’il s’agit d’une galaxie jeune. Constellation de l’Éridan. © Nasa, Esa, Hubble Heritage Team, Wikimedia Commons, DP

Sciences

Aristarque est un cratère d’impact sur la face visible de la Lune. Parfois qualifié de « phare de la Lune », elle est la plus brillante des formations lunaires, avec un albédo deux fois supérieur aux autres. © Nasa CCO

Dernière

Le topdes photos