L'aventure du pneumatique démarre avec Dunlop. Le pneu a trois zones. La zone sommet est en contact avec la chaussée. La zone flanc supporte les tours de roues et les chocs. La zone basse transmet les couples entre le pneu et la roue et permet l'accroche à la jante. © Scott Robinson, CC BY-SA 3.0, Wikimédia Commons

Tech

Pneu

DéfinitionClassé sous :technologie , Invention , pneumatique

Le mot « pneu » vient du mot « pneumatique ». Il désigne un tore souple composé à 80 % de gomme naturelle, de caoutchouc synthétique, de noir de carbone et d'huile. Les autres matériaux utilisés, câbles textiles ou métalliques, interviennent dans le renforcement de la structure.

Description et rôle du pneu

Monté sur la jante d'une roue, le pneu est gonflé avec un gaz sous pression, l'air ou l'azote. Son rôle est d'assurer un contact adhérent au sol, d'atténuer les chocs et les vibrations de véhicules terrestres en circulation ou placés en configuration de circulation terrestre, comme un avion en phase de décollage.

Invention et amélioration du pneu

On doit cette invention à John Dunlop qu'il fait breveter en 1889. Il fonde sa première manufacture et équipe les vélos. En 1891, en France, Edouard et son frère André Michelin, créent un système de pneus à chambre à air. L'industrie automobile s'en empare et remplace les bandages par ces pneus. En 1955, Michelin innove avec le pneu sans chambre à air ou tubeless. L'action de la chambre à air est remplacée par le butyle, un élastomère à l'étanchéité dix fois plus efficace que celle de l'isoprène ou du caoutchouc naturel.

Lors du roulement, le pneu est soumis à des dissipations énergétiques importantes. Son coefficient d'adhérence, qui varie de 1 à 10, diffère selon son état, sa largeur, la sculpture de ses rainures, la qualité de revêtement du sol et les conditions climatiques. La résistance à des facteurs comme la lumière, la pluie, le sel, le froid ou le chaud, est liée à la présence d'additifs : cadmium, zinc, et sélénium. Ils renforcent le caoutchouc mais le rendent toxique.