Volvo a bâti toute son image de marque sur la robustesse et la sécurité de ses voitures. Sa promesse d’une voiture totalement sûre est le prolongement de cette stratégie marketing. © FiledIMAGE, Fotolia

Tech

Les voitures autonomes de Volvo ont un problème avec les kangourous

ActualitéClassé sous :technologie , voiture , Voiture autonome

Le constructeur automobile suédois Volvo a révélé que lors d'essais de sa voiture autonome en Australie, les kangourous traversant la route en sautant s'avéraient très compliqués à analyser pour les systèmes de détection des obstacles.

En temps normal, on ne croise pas souvent de kangourous sur la route... Sauf, bien sûr, en Australie. Selon les chiffres de la sécurité routière, les kangourous provoquent entre 15.000 et 20.000 collisions par an. Dès lors, on imagine que tout constructeur de voiture autonome se doit d'anticiper ce scénario pour espérer vendre ses modèles en Australie.

C'est le cas notamment de Volvo qui est allé sur place pour réaliser des essais et voir comment se comportaient ses algorithmes face à ce type d'obstacles imprévus. La marque automobile suédoise a développé un système de détection des animaux de grande taille qu'elle a testé dans son pays avec des cerfs et des élans.

En bondissant, les kangourous perturbent le logiciel

Lorsque le kangourou est en l’air, il donne l’impression d’être plus loin que lorsqu’il est au sol 

Surprise ! Il s'avère que le logiciel est dérouté par le mode de déplacement spécifique de ce marsupial qui peut atteindre deux mètres de haut. En effet, Volvo a reconnu que son système ne parvenait pas à détecter correctement les kangourous en raison des bonds qu'ils effectuent et qui changent la perspective. « Nous avons remarqué que lorsque le kangourou est en l'air, il donne l'impression d'être plus loin alors que lorsqu'il est au sol, il parait plus proche », a expliqué le directeur technique de Volvo Australie.

La raison principale de cette difficulté est que le système de vision de la voiture autonome se sert du sol comme point de référence. Le fait que l'animal n'évolue que par intermittence sur la surface perturbe le logiciel. Pour autant, Volvo se dit confiant dans sa capacité à solutionner ce problème d'ici à la commercialisation de ses premières voitures autonomes à l'horizon 2020. La marque promet qu'elles seront totalement sûres.

Pour en savoir plus

Volvo promet des voitures totalement sûres dès 2020

Article initial de Numerama, paru le 23/01/2016

D'ici quatre ans, Volvo affirme que les technologies embarquées qu'il a développé seront si performantes que plus aucun passager de ses voitures de série ne pourra mourir ou être grièvement blessé dans un accident de la route. La conduite autonome jouera un rôle central pour garantir cette sécurité totale.

C'est une promesse ambitieuse, qui ne manquera pas de revenir en pleine face de Volvo au moindre incident. Et pourtant. Malgré le risque médiatique qu'il a pris en faisant une telle annonce, le constructeur automobile suédois en est persuadé : en 2020, plus aucun passager ne sera tué ou grièvement blessé dans un accident en étant à bord d'un nouveau modèle vendu par Volvo.

Comment la firme compte-t-elle s'y prendre ? En mobilisant la conduite autonome, qui est présentée comme un réel saut qualitatif en matière de sécurité routière. Plus de risque de s'endormir au volant, de conduire en état d'ivresse, de faire une malheureuse embardée ou de manquer une information capitale : avec ses dizaines de capteurs en tout genre et ses modèles statistiques, les automobiles de demain se veulent impeccables sur la route.

« Avec le développement de l'autonomie totale, nous sommes en train de repousser les limites de la sécurité. Parce que si vous construisez une voiture entièrement autonome, vous devez réfléchir à tout ce qui peut potentiellement arriver avec une voiture », souligne Erik Coelingh, ingénieur sûreté chez Volvo.

L’année prochaine, Volvo testera une centaine de voitures autonomes sur les routes suédoises. © Volvo

100 voitures autonomes en Suède en 2017

Et l'on parle bien sûr d'évènements plausibles et non pas de situations extraordinaires, comme la chute d'un avion. Toute la sécurité que peut proposer un industriel dans une voiture ne peut évidemment rien face à un cas de force majeure, qui n'entre pas dans les situations habituelles de la circulation routière. Même chose, a priori, pour un conducteur qui chercherait sciemment à vous rentrer dedans.

La voiture autonome est un domaine sur lequel Volvo travaille depuis quelques années déjà. Après avoir fait en 2012 une démonstration en Espagne d'un convoi de véhicules sans conducteur, le constructeur a indiqué l'an dernier qu'une flotte de 1.000 véhicules teste son cloud dédié, qui est destiné à faire communiquer les autos pour qu'elles puissent signaler des zones à risques. Et l'année prochaine, c'est un ensemble de 100 voitures qui rouleront de façon autonome en Suède.