Ce trimaran de 32 mètres va quitter Plymouth (Royaume-Uni) pour rejoindre les côtes du Massachusetts. © IBM

Tech

Le bateau autonome Mayflower, piloté par une AI, va traverser l'Atlantique

ActualitéClassé sous :intelligence artificielle , bateau , IBM

L'ONG Promare s'est associée à IBM pour un beau projet : fêter les 400 ans de la première traversée des colons anglais vers les États-Unis. Ce « Mayflower » du XXIe siècle partira en septembre 2020 et la navigation sera confiée à l'intelligence artificielle.

Il y a quasiment 400 ans, en septembre 1620, un navire quittait l'Angleterre pour rejoindre le nord du continent américain. Son nom : le Mayflower, devenu le symbole de l'arrivée des premiers colons européens aux États-Unis. Pour fêter cet anniversaire, l'ONG Promare et IBM ont décidé de refaire le parcours en bateau, entre Plymouth en Angleterre, et Plymouth dans le Massachussetts ; et l'inventeur de Deep Blue a décidé d'en confier la barre à... une intelligence artificielle !

Ce trimaran entièrement autonome s'appelle tout simplement « Mayflower », il partira en septembre, comme son illustre ancêtre. Pour parcourir les quelque 5.000 km qui séparent les deux continents, Promare et IBM ont doté leur navire de panneaux solaires, ainsi que d'éoliennes et d'un moteur diesel pour le propulser.

Sans équipage, ni commandement à distance, ce bateau autonome va traverser l'Atlantique à partir de septembre 2020. © IBM

L'IA va détecter les obstacles

Ce voyage ne sera pas que symbolique puisque le navire sera aussi utilisé pour mener des expériences dans des domaines tels que la cybersécurité maritime, la surveillance des mammifères marins ou encore l'étude des microplastiques. Pour ce projet, IBM a fourni sa technologie PowerAI Vision, capable de détecter des objets dans les images et les vidéos. Elle permettra d'éviter les obstacles et autres dangers en mer. Pour cela, l'IA utilisera des radars et des Lidar.

Grâce aux serveurs présents sur le bateau, tout fonctionne en local, sans connexion extérieure, et le terme « autonome » prend là tout son intérêt. Simplement, les données seront envoyées aux deux QG, situés au départ et à l'arrivée. Pour ceux qui resteront à quai, l'idée est de leur proposer des applications de réalité virtuelle pour embarquer sur le Mayflower et pour effectuer la traversée « virtuellement ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi