La grotte Cosquer, sanctuaire paléolithique sous la mer à Marseille

DossierClassé sous :préhistoire , Incontournables , Cosquer

-

En Juillet 1991, Henri Cosquer découvre, au pied d'une falaise du Cap Morgiou, à trente-sept mètres sous le niveau de la mer, et à quelques kilomètres de Marseille une grotte sous marine remarquable avec des peintures fabuleuses.

  
DossiersLa grotte Cosquer, sanctuaire paléolithique sous la mer à Marseille
 

L'entrée s'ouvre au pied d'une falaise du Cap Morgiou, à trente-sept mètres sous le niveau de la mer, à quelques kilomètres de Marseille. En Juillet 1991, Henri Cosquer remarque les peintures préhistoriques, dans une grande salle à 120 mètres de l'entrée.

Ces peintures et les gravures qui les accompagnent ont pu se conserver car la galerie d'accès est en pente ascendante et une moitié de la grande salle se trouve au-dessus du niveau de l'eau. Si des peintures et des gravures ont été effectuées dans les zones immergées, comme il est plus que probable, elles ont été détruites par les remontées d'eau à la fin de la dernière glaciation. Il y a 20.000 ans, la mer était de cent dix à cent vingt mètres plus bas qu'actuellement et le rivage se situait alors à plusieurs kilomètres de là.

Cheval noir Chv5, dessiné sur des tracés digitaux et surchargé de quelques gravures indéterminables.© Photo Jean Clottes tous droits de reproduction interdit

Une étude préliminaire de la grotte et de ses œuvres d'art a été publiée en 1994 (Clottes et Courtin, 1994). Elle s'est basée sur des observations directes des parois, au cours de deux missions de plongées, en Septembre 1991 et en Juin 1992, complétées par l'examen approfondi des documents photographiques et vidéos ramenés et par des analyses diverses sur les pollens et les charbons.

TEXTES et RECHERCHES : Jean Clottes, Jean Courtin, Luc Vanrell.