Sciences

C’est prouvé : le pharaon Ramsès III a été assassiné !

ActualitéClassé sous :Homme , pharaon , Ramsès III

Un mystère vieux de plus de 3.000 ans vient d'être résolu : Ramsès III a été égorgé ! La conspiration du harem a donc eu raison de lui, même si elle échoua. Le fils rebelle se vit alors interdire la vie dans l'au-delà, tout en étant condamné à rester auprès de son père pour des millénaires. C'est du moins ce que laissent penser de nouvelles analyses génétiques. 

La momie de Ramsès III. Le règne de ce pharaon a duré plus de 31 ans. Il n'a cessé de lutter contre la corruption qui gangrenait son pays. © Zahi Hawass et al. 2012, British Medical Journal

En 1155 avant J.-C., alors qu'il était au crépuscule de sa vie, Ramsès III a dû faire face à une terrible conspiration fomentée par plusieurs membres de son harem, dont sa troisième épouse Tiyi. En cause : le fait que le successeur du pharaon soit le fils légitime qu'il a eu avec sa première épouse et non le second enfant de Tiyi, Pentaour. Le coup d’État visait donc à éliminer Ramsès III puis à empêcher la montée sur le trône du futur Ramsès IV, alors âgé de 45 ans. 

D'après les papyrus judiciaires de Turin (Italie), le complot échoua. Une trentaine de conjurés militaires et civils furent capturés puis présentés à un tribunal. Dix-sept personnes ont été condamnées à mort. Sept autres, principalement des hommes et des femmes proches du pouvoir royal comme Pentaour, ont été autorisées à se suicider par empoisonnement. Une question reste cependant en suspens depuis cette époque : qu'est-il advenu du pharaon ? Il serait décédé avant la fin du procès, car les écrits de Turin font à un moment donné référence au « grand dieu » en parlant de lui. Personne ne sait cependant comment il est passé de vie à trépas.

Plusieurs hypothèses ont été avancées au cours de l'histoire. Son assassinat pourrait avoir réussi mais pas le coup d'État visant à mettre Pentaour sur le trône. Ramsès III aurait également pu survivre au complot malgré des blessures. Elles auraient cependant eu raison de lui un peu plus tard. Finalement, le pharaon est peut-être simplement mort de causes naturelles.

Ce mystère vieux de plus de 3.000 ans n'a désormais plus de raison d'être. Ramsès III aurait été assassiné durant la conspiration du harem ! Cette conclusion vient d'être publiée par Zahi Hawass, l'ancien secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, et Albert Zink, un spécialiste des momies (il a notamment travaillé sur Ötzi), dans le British Medical Journal

Le sarcophage de Ramsès III est conservé au musée du Louvre à Paris. Il a été extrait du tombeau KV 11 de la vallée des rois. © Greudin, Wikimedia Commons, DP

Une mort rapide pour Ramsès III après trois décennies de règne

La momie du pharaon a été découverte dans la Vallée des rois en 1737 par Richard Pococke. Pour mener leurs investigations, les chercheurs ont recréé une image tridimensionnelle de Ramsès III en utilisant la tomographie assistée par ordinateur, donc sans retirer les bandelettes de lin. La cause de la mort est alors rapidement apparue : une entaille de 7 cm de long observée sous le larynx. Or, ce type d'incision n'était pas pratiqué par les embaumeurs. Le pharaon a donc été égorgé avec un ustensile particulièrement coupant, la gorge ayant été tranchée jusqu'aux vertèbres cervicales.  

Les images ont également révélé la présence d'un objet de 15 mm de diamètre dans la lésion. Après reconstruction, il s'agirait d'une amulette (un œil d'Horus) identique à celles laissées dans les incisions faites par les embaumeurs lorsqu'ils extraient les organes des défunts. Elle a très certainement été placée là afin d'assurer la guérison de la plaie dans l'au-delà. 

Ramsès III et Pentaour, père et fils rebelle dans la même tombe

D'autres momies ont été trouvées à proximité de Ramsès III, parmi lesquelles figure « l'Homme E ». Selon ses os, il s'agirait d'un individu de sexe masculin âgé de 18 à 20 ans. Chose étrange, il n'a pas été embaumé, puisque son cerveau et les autres organes classiquement extraits durant la préparation des défunts sont toujours en place, d'après les scans. La momification est donc inhabituelle, d'autant plus que le corps était recouvert d'une peau de chèvre, un matériau impur pour les rituels de l'Égypte antique. Le cadavre aurait été puni, puisque la vie après la mort lui a été interdite. 

Des analyses ADN ont été pratiquées sur le chromosome Y (transmis par le père) de l'Homme E et de Ramsès III. Résultat : ils appartenaient tout deux à la même lignée et étaient peut-être père et fils, d'après la différence d'âge. Selon les auteurs, l'Homme E serait en réalité... Pentaour, le fils rebelle contraint au suicide. Pour en être sûr, il faudrait disposer de l'ADN de Tiyi, mais sa tombe n'a toujours pas été retrouvée depuis sa trahison.