La liposuccion est indiquée pour des patients avec une graisse localisée précisément et qui résiste aux régimes comme à l’exercice physique. L’absence de surpoids manifeste est conseillée. © Fotolia, DR

Santé

Liposuccion et cellules graisseuses : la bonne solution ?

Question/RéponseClassé sous :Beauté , liposuccion , obésité

La liposuccion est une technique de retrait des cellules graisseuses de manière définitive, mais elle n'est pas indiquée pour tous les patients, surtout si le surpoids est manifeste. En outre, après l'intervention, il est important de cultiver des habitudes alimentaires saines. Explications.

On les appelle souvent de leur nom savant, les adipocytes. Les cellules graisseuses sont de grosses cellules (huit fois plus grosses que les cellules ordinaires), qui sont déjà présentes dans le corps du fœtus et qui se développent surtout lors de la première année. Elles continuent à augmenter en nombre jusqu'à l'adolescence. Certaines études limitent leur multiplication lors de la petite enfance, d'autres vont jusqu'à 18 ans.

Une fois apparues dans le corps, elles ne disparaissent jamais, celles qui meurent étant remplacées par de nouvelles cellules graisseuses à raison de 10 % par an.

Le corps possède environ 20 milliards d'adipocytes. Leur masse représente normalement 10 à 15 % du poids corporel chez l'homme, et entre 20 et 25 % du poids chez la femme. Mais on peut en compter jusqu'à 200 milliards chez certaines personnes. Pourquoi ?

Fonctionnement des cellules graisseuses

Elles jouent un rôle dans la synthèse, le stockage et la libération des lipides (graisses) dans le sang en fonction des besoins énergétiques du corps.

Lorsque l'on ingère une quantité trop importante de lipides (quantité supérieure à ses besoins) ou si l'on a une activité physique insuffisante, les cellules graisseuses stockent ces excès et grossissent (jusqu'à dix fois leur taille). De plus, si leur capacité de stockage est dépassée, les adipocytes créent de nouvelles cellules lors du jeune âge, cellules pouvant s'ajouter au nombre prédéfini par la génétique.

Une activité physique régulière permet de modérer le stockage des lipides dans les cellules graisseuses. © KJohansson, Wikimedia Commons

Où se trouvent de préférence les cellules graisseuses ?

Certaines cellules graisseuses constituent le tissu graisseux sous-cutané. Ce tissu adipeux se trouve surtout sur l'abdomen et la partie haute du tronc (épaules) chez l'homme. Chez la femme, le tissu graisseux sous-cutané se situe sur la poitrine, les hanches, les cuisses et les fesses. Ce tissu modèle le corps.

D'autres cellules graisseuses sont situées en profondeur, et remplissent les espaces entre certains organes de l'abdomen (graisse épiploïque).

Les dernières cellules graisseuses se trouvent dans les orbites, les mains ou encore la plante des pieds. Elles ont une fonction d'amortissement, et ne fondent pas les premières lors d'un régime, heureusement.

À quoi servent les régimes ?

Un jeûne prolongé ou une restriction alimentaire fait « maigrir » les adipocytes (en diminuant leur stock lipidique), mais ne les fait pas disparaître. À la fin du régime, lorsque les mesures hygiénodiététiques ne sont plus suivies, on les voit se remplir à nouveau.

Comment la liposuccion agit-elle sur les cellules graisseuses ?

Le chirurgien esthétique peut traiter par cette technique toutes les parties du corps où se trouvent les lipoméries. Il s'agit de surcharges graisseuses localisées qui par définition résistent au sport et à l'amaigrissement. Ce sont toutes les zones récalcitrantes comme le cou, les membres supérieurs (les bras), le ventre, les hanches, les cuisses (avec la culotte de cheval), les genoux, les mollets, etc.

L'important pour une bonne indication de liposuccion est qu'il n'y ait pas de surpoids manifeste, car cette opération n'est pas une technique d'amaigrissement, mais un procédé efficace qui redessine la silhouette après un régime bien conduit... Pour un bon résultat, il faut que la peau soit de qualité convenable (élasticité), de façon à ce que celle-ci se redrape de façon optimale après que les zones ont été vidées.

Bien que la liposuccion permette d’ôter certains adipocytes, ce n’est pas un remède miracle : elle n’empêche pas la prise de poids dans les zones non traitées. © Bill Branson, National Institute of Health, DP

Lorsque plusieurs zones doivent être traitées (avec, en outre, une quantité importante de graisse retirée), il est impératif que le traitement ne se fasse pas en une seule fois. En effet, si l'on dépasse la quantité de cinq à six litres de graisse ôtée, le risque d'avoir d'importants problèmes métaboliques (et d'anémie) est accru, car le retrait de graisse s'accompagne toujours d'un certain retrait de sang (plasma et globules rouges).

La technique consiste à introduire dans la zone concernée, à partir de très petites incisions, des canules mousse à bout non tranchant (les plus fines possible étant de l'ordre de 3 à 4 mm), connectées à un circuit fermé dans lequel est créée une pression négative.

Cette technique chirurgicale permet d'aspirer sans véritable traumatisme les adipocytes en surplus situés au niveau de la graisse profonde. Ceux qui ont disparu ne pourront plus contribuer au système de remplissage et de stockage des lipides en cas de prise de poids. Leur disparition est définitive grâce à la liposuccion. La zone traitée ne pourra plus regrossir. Quant aux autres zones du corps, non traitées, elles pourront regrossir si les mesures hygiénodiététiques ne sont pas bien maintenues.

Y a-t-il des limites aux bienfaits de la liposuccion ?

La liposuccion permet d'affiner le corps, de le modeler. On ne peut aspirer tous les adipocytes du corps, et ce n'est d'ailleurs pas souhaitable au vu du rôle important qu'ils jouent dans le métabolisme. La liposuccion n'est pas destinée à faire maigrir les personnes obèses, qui doivent consulter un autre spécialiste que le chirurgien esthétique.

Enfin, la liposuccion s'adresse à des patients qui ont une graisse localisée à un endroit précis et que ni les régimes ni l'exercice physique n'arrivent à faire disparaître complètement.

Et après la liposuccion ?

La zone traitée ne reprendra pas de volume, mais il peut rester quelques adipocytes qu'il faut museler en poursuivant de bonnes habitudes alimentaires. Quant aux zones non traitées, elles peuvent bien sûr grossir en cas de prise de nourriture excessive ou d'activité physique inexistante. Mais des études ont montré que généralement, les patients qui ont bénéficié d'une liposuccion ont une hygiène de vie améliorée, et font plus attention à leur alimentation que les autres.

Une liposuccion bien conduite, accompagnée non d'un régime, mais de bonnes habitudes alimentaires et physiques, est donc une solution définitive pour éliminer les cellules graisseuses localisées qui nuisent à l'élégance d'une silhouette.

Source : article rédigé par le docteur David Picovski, chirurgien plastique et esthétique à Paris.

Cela vous intéressera aussi