Planète

En vidéo : un poisson-tigre attrape une hirondelle en vol

ActualitéClassé sous :zoologie , poisson-tigre africain , avivore

Un comportement animal inédit a été observé en Afrique du Sud. Des poissons-tigres africains, qui vivent en eau douce, ont été filmés tandis qu'ils capturaient des hirondelles en vol ! Cette espèce est donc avivore, et consciente que la lumière est réfractée lorsqu'elle change de milieu. 

Une hirondelle happée au vol par un poisson-tigre  En Afrique du Sud, les poissons-tigres n’hésitent pas à bondir hors de l’eau pour attraper des hirondelles en vol. Cette technique de chasse n’avait jamais été observée auparavant ni capturée en vidéo. 

Le fait ne date pas d'hier : certains poissons sont partiellement avivores. En d'autres mots, leur régime alimentaire se compose notamment d'oiseaux. Évidemment, ces proies ne sont pas toujours facilement accessibles. Elles sont donc attaquées quand elles nagent, flottent ou se déplacent au bord d'une pièce ou d'un courant d'eau. L'un des derniers exemples nous est venu d'Albi en décembre 2013, où des poissons-chats ont été filmés en train de s'en prendre à des pigeons lorsqu'ils s'abreuvent.

En Afrique du Sud, une rumeur remontant aux années 1940 décrit une autre technique de chasse : la capture d'oiseaux en vol. Il faut l'avouer, Nico Smit de la North-West University et ses collaborateurs n'y prêtaient que peu d'importance lorsqu'ils se sont rendus sur les berges du lac Schroda, dans le parc naturel Mapungubwe. Et pourtant... Tandis qu'ils suivaient les déplacements de poissons-tigres africains (Hydrocynus vittatus) avec des moyens télémétriques, ils en ont vu plusieurs bondir hors de l'eau et capturer des hirondelles rustiques en vol (Hirundo rustica). Par chance, ce comportement a été filmé à plusieurs reprises, puis décrit dans le Journal of Fish Biology.

Rapidement, il s'est avéré qu'il n'était pas rare. En effet, jusqu'à 20 captures fructueuses ont été dénombrées par jour. Les poissons-tigres africains sont donc également avivores. Deux techniques d'approche ont été caractérisées. Premièrement, le characiforme suit sa cible sous l'eau, remonte en surface pour la voir et déterminer sa position réelle, puis bondit. Deuxièmement, le téléostéen s'élance directement des profondeurs pour sauter hors de l'eau. Notons qu'il atteint sa proie, ce qui signifie qu'il a tenu compte de la réfraction de la lumière pour déterminer précisément sa position !

Les poissons-tigres africains Hydrocynus vittatus peuvent atteindre 1 m de long (pour les mâles), et peser jusqu’à 28 kg. © Brian.Gratwicke, Flickr, cc by nc 2.0