Planète

Extinction de masse du Permien : l'impact d'un astéroïde en cause ?

ActualitéClassé sous :Terre , extinction de masse , impact

Il y a 250 millions d'années de cela, se produisit la plus grande extinction de masse de l'histoire de la Terre. L'hypothèse de l'impact d'un astéroïde a été avancée récemment pour expliquer le phénomène. D'après une nouvelle étude, la cause ne serait pas à chercher ailleurs que sur Terre.

Extinction de masse du Permien : l'impact d'un astéroïde en cause ?

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par Christian Koeberl, de l'Université de Vienne, a analysé des échantillons de roches prélevés dans les profondeurs des Alpes Carniques (sud de l'Autriche) et dans les Dolomites occidentales (nord-est de l'Italie). Leurs résultats promettent d'alimenter ce qui constitue à l'heure actuelle un des débats les plus sensibles que connaissent les sciences de la Terre.

L'analyse géochimique de ces deux fameuses sections de la fin du Permien ne révèle aucun signe d'impact extraterrestre, indique Koeberl. Les astéroïdes et les comètes sont chimiquement différents de la Terre. Et lorsque ces objets atteignent la Terre, ils laissent une empreinte chimique dans les roches.

Les chercheurs confirment la présence de l'élément iridium dans les échantillons. L'iridium se trouve en abondance dans les astéroïdes, les comètes et autres matériaux extraterrestres. Cependant, les quantités retrouvées sont très faibles comparées à celles associées à l'impact de l'astéroïde qui aurait entraîné la disparition des dinosaures, il y a 65 millions d'années. Les scientifiques n'ont par ailleurs pas trouvé les isotopes extraterrestres hélium-3 et osmium-187, communément associés aux phénomènes d'impact. Des processus purement terrestres ont été à l'œuvre, avancent-ils. Les faibles concentrations en iridium auraient été déposées par les océans lorsque les niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique étaient élevés et les niveaux en oxygène de l'eau de mer bas. La source du dioxyde de carbone a probablement été l'activité volcanique, déclare Koeberl.

Les chercheurs évoquent, sur la base de témoignages géologiques remontant à la fin du Permien, ce qui constitue aujourd'hui le cœur de la Sibérie comme lieu d'origine des émissions volcaniques ayant alors "inondé" l'atmosphère et conduit à des changements d'importance au niveau du climat et de la circulation océanique.