Planète

À Fukushima, l’eau radioactive fuit toujours

ActualitéClassé sous :développement durable , centrale nucléaire , centrale de Fukushima-Daiichi

L'une des cuves de stockage de l'eau contaminée a débordé cette semaine à Fukushima, laissant s'écouler une centaine de tonnes. Tepco rassure en disant que les opérations de récupération ont commencé tout de suite et que cette eau n'a pas atteint la mer.

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi avant la catastrophe de mars 2011, avec ses quatre réacteurs. Pour en réduire la température après le séisme et le passage du tsunami qui a mis hors service une partie du système de refroidissement, d'énormes quantités d'eau ont été déversées. Une partie a rejoint l'océan ou s'est infiltrée dans le sol, et le reste a pu être récupéré. Cette eau toujours porteuse de radionucléides est stockée en attendant une solution. © Tepco

Selon le communiqué de Tepco paru jeudi 20 février, l'un des grands réservoirs de stockage a laissé fuir 100 m3 d'eau contaminée dans la centrale de Fukushima Daiichi. Un millier de ces réservoirs retiennent quelque 340.000 tonnes d'eau qui ont servi à refroidir les réacteurs hors de contrôle après le passage du tsunami en mars 2011. Débarrassée du césium, elle contient tout de même des radionucléides actifs émettant des rayonnements bêta.

Découverte par des ouvriers le 19 février peu avant minuit, la fuite serait en réalité un débordement. Une conduite a amené de l'eau dans ce réservoir qui était déjà plein. Ce tuyau était fermé par trois vannes, mais « deux ont été laissées ouvertes et la troisième n'a pas fonctionné ».

La cuve qui a débordé le 19 février 2014. La gouttière du trop-plein déverse encore son eau radioactive. © Tepco

Que faire de l’eau contaminée de Fukushima ?

Tepco annonce avoir mesuré dans un échantillon une radioactivité bêta de 230 millions de becquerels par litre (la limite pour l'eau de boisson au Japon est de 10 becquerels par litre). L'entreprise nippone assure que l'eau n'a pas pu atteindre la mer, distante de 700 m. La récupération du sol contaminé a immédiatement commencé, indique le communiqué. La pollution serait donc circonscrite.

Reste que l'incident illustre la difficulté à conserver ces centaines de milliers de tonnes d'eau radioactive. Elle continue d'être traitée pour en retirer le césium, et sa destination finale n'est toujours pas décidée. Une option est de la relâcher dans l'océan une fois retraitée. Mais le tritium qu'elle contiendra encore sera toujours là.

Et il n'y a pas que l'eau retenue dans ces réservoirs. Le 7 août 2013, le gouvernement japonais présentait une étude estimant que chaque jour, 300 tonnes d'eau contaminée rejoignaient l'océan par infiltration dans le sol. Le 20 février, Tepco, qui surveille l'eau côtière régulièrement, mesurait 14 becquerels par litre contre 11 le 17 février, une augmentation jugée non significative.