La laine de verre est à choisir en fonction de l’espace disponible pour sa pose et en fonction des performances thermiques attendues. © Maxim_Kazmin, Fotolia

Maison

Quelle laine de verre pour quelle isolation ?

Question/RéponseClassé sous :isolation , laine de verre , RT 2012

Sur le marché, la laine de verre existe dans des qualités et des conditionnements différents. Pour choisir la laine de verre la mieux adaptée à vos besoins, il faut notamment vous poser la question de sa destination et de son usage ainsi que celle des performances souhaitées.

En rouleau, en panneau ou encore à souffler, la laine de verre peut revêtir plusieurs formes selon les applications d'isolation thermique à laquelle elle est destinée.

La bonne laine de verre pour le bon usage

Les laines de verre souples en rouleaux, de type IBR, représentent une solution économique pour l'isolation des combles perdus. Car ce type d'application ne nécessite ni une conductivité thermique trop élevée ni une tenue mécanique trop importante. En revanche, il est proscrit de les utiliser pour l'isolation de rampants de toiture ou de murs. Il y aurait risque d'affaissement et d'apparition de ponts thermiques.

Les laines de verre semi-rigides en panneaux ou en rouleaux, de type GR, sont, quant à elles, adaptées à l'isolation intérieure des murs. Elles possèdent une excellente tenue mécanique qui favorise la rapidité et le confort de pose.

Pour isoler un plancher de combles perdus, on peut avoir recours à une laine de verre dont la conductivité thermique est élevée, car l’espace disponible est important. © kuchina, Fotolia

Le bon compromis entre épaisseur et performance

Pour isoler des pièces dont on souhaite préserver l'espace intérieur, il est préférable d'opter pour une laine de verre au pouvoir isolant élevé, une laine de verre dont la conductivité thermique est égale à 0,032 W/m/K (lambda de 32) par exemple, voire même, pour les plus efficaces, à 0,030 W/m/K (lambda de 30). Des performances intéressantes pourront alors être atteintes, même avec de faibles épaisseurs. Ce type de laine convient très bien, notamment, à l'isolation des murs par l'intérieur.

Concernant les combles aménagés, deux documents de référence sont à prendre en compte : le CPT 3560-v2 du CSTB (isolants en laine minérale) et le DTA Isolation des combles n° : 20/15-356 (isolation des combles). Les obligations induites par le CPT sont :

  • entre chevrons : pose d'une isolation en laine minérale rigide ou semi-rigide de lambda inférieur ou égal à 0,036 W/m/K et ayant une résistance thermique minimale de R=1,65 m2.K/W.
  • sous chevrons : pose d'une isolation en laine souple ou semi rigide assurant la résistance thermique principale (laine semi-rigide obligatoire en rénovation).

Le DTA comporte, lui, les obligations suivantes :

  • Entre chevrons ou fermettes : exigences identiques au CPT 3560
  • Sous chevrons ou fermettes : l'isolation en laine mise en oeuvre doit être au minimum semi-rigide, de lambda inférieur ou égal à 0,038 W/m/K et respecter les exigences de la réglementation thermique en vigueur pour le projet : RT 2012 pour tout projet dans le neuf et au minimum RT pour les Bâtiments Existants (ou RT par élément) pour la rénovation (hors rénovation lourde). 
  • Tolérance d'épaisseur : en application en rampants de toiture (combles aménagées ou toiture mono-pente), les isolants de classe de tolérance d'épaisseur T1 sont exclus. C'est-à-dire que tout isolant souple de lambda supérieur ou égal à 0,040 W/m/K ne doit être utilisé qu'en isolation de combles perdus (plancher de comble ou isolation de plafond entre solives).
Cela vous intéressera aussi