Mots-clés |
  • paléontologie,
  • zoologie,
  • mammifère marin,
  • odontocète

Quand les baleines à fanons avaient des dents

Quatre nouvelles espèces de mysticètes à dents viennent d’être dévoilées. Leurs fossiles vieux de 17 à 19 millions d’années ont été trouvés en Californie durant un chantier autoroutier. Willy, l’une des baleines exhumées, était semble-t-il un mangeur de requins.

Vue d'artiste des anciennes baleines à dents, ces prédateurs des océans. Janjucetus hunderi, un autre mysticète à dents décrit en 2006, aurait vécu voilà 25 millions d'années. Il mesurait 3,5 m de long. © Brian Choo, Museum of Victoria Vue d'artiste des anciennes baleines à dents, ces prédateurs des océans. Janjucetus hunderi, un autre mysticète à dents décrit en 2006, aurait vécu voilà 25 millions d'années. Il mesurait 3,5 m de long. © Brian Choo, Museum of Victoria

Quand les baleines à fanons avaient des dents - 2 Photos

PDF

Les cétacés seraient apparus voilà 53 à 54 millions d’années. Ils se sont depuis séparés en deux grandes lignées il y a 35 millions d’années, que l’on peut toujours observer de nos jours : les odontocètes et les mysticètes. Le premier groupe inclut des mammifères marins pourvus de dents comme les dauphins, les marsouins ou les orques épaulards. Le second taxon, celui des mysticètes, comprend quant à lui les baleines à fanons, tels la baleine bleue ou le rorqual commun. Ces mammifères sont dépourvus de dents et se nourrissent donc en filtrant l’eau de mer grâce à des lames cornées appelées fanons.

Pourtant, les premiers mysticètes possédaient eux aussi des dents, comme leurs ancêtres. Pour preuve, des quenottes se développent toujours in utero chez des embryons de rorqual commun, mais elles se résorbent rapidement durant la croissance au profit des fanons. Quatre nouvelles espèces de mysticètes à dents viennent dernièrement d’être présentées lors de la rencontre annuelle de l’Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS) par Meredith Rivin du John D. Cooper Archaeological and Paleontological Curation Center (Californie, États-Unis).

Plusieurs surprises ont accompagné ces découvertes. En effet, les mysticètes à dents se seraient éteints voilà 25 millions d’années, sur la base des enregistrements fossiles connus. Or, les nouveaux ossements sont vieux de 17 à 19 millions d’années. Ce groupe a donc survécu bien plus longtemps qu’on ne le pensait jusqu’alors. Ce n’est pas tout…

Ces dents appartiennent à l'un des mysticètes découverts le long de la California State Route 133. Son propriétaire n'a pas encore reçu de nom scientifique, mais il vient de repousser de cinq millions d'années l'époque à laquelle les derniers ætiocètes ont disparu. © John D. Cooper Archaeological and Paleontological Center, États-Unis
Ces dents appartiennent à l'un des mysticètes découverts le long de la California State Route 133. Son propriétaire n'a pas encore reçu de nom scientifique, mais il vient de repousser de cinq millions d'années l'époque à laquelle les derniers ætiocètes ont disparu. © John D. Cooper Archaeological and Paleontological Center, États-Unis

Les dernières baleines ætiocètes

Les fossiles ont été mis au jour entre 2000 et 2005 un peu par hasard, selon Meredith Rivin. En effet, ils n’ont pas été trouvés sur un site paléontologique classique, mais sur le chantier d’élargissement de la California State Route 133, précisément dans un affleurement rocheux du Laguna Canyon. Près de 30 crânes complets de cétacés ont été exhumés, mais le site renfermait en réalité les restes de plus d'une centaine de mammifères marins. Des fossiles de requins ont également été mis au jour.

Trois des quatre nouvelles espèces appartiennent au genre Morawanocetus, qui a été décrit pour la première fois au Japon en 1995. Elles correspondraient aux derniers ætiocètes, une famille de mysticètes qui a coexisté avec les premières baleines à fanons au sens strict. Elles ne sont donc pas les ancêtres des cétacés à fanons modernes.

Willy le mangeur de requins

Willy, le représentant de la quatrième nouvelle espèce, présenterait lui aussi plusieurs singularités. Selon la paléontologue, il serait notamment bien plus grand que ses congénères de l’époque. Pour information, les mysticètes actuels ont acquis leur grande taille (la baleine bleue peut atteindre 30 m de long) seulement au cours de ces dix derniers millions d’années. Willy aimait également manger des requins ; c’est du moins ce que suggère l’usure de ses dents. Les orques du grand large modernes présentent pour la plupart des marques similaires sur leurs dents : elles sont engendrées par la rugosité de la peau des squales qu’ils consomment. 

Les trois premières espèces devraient être décrites (et nommées) plus officiellement dans une revue scientifique d’ici la fin de l’année. Le cas de Willy sera présenté plus tard, l’animal étant toujours partiellement emprisonné dans une gangue de pierre. 


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires