Mots-clés |
  • Astronomie,
  • juno,
  • Event Horizon Telescope,
  • Gaïa,
  • voie lactée,
  • matière noire,
  • onde gravitationnelle

Astrophysique 2016 : les rendez-vous et nos prévisions

L'année 2016 pourrait être le couronnement du centenaire de la théorie de la relativité générale grâce à l'Event Horizon Telescope et des détecteurs d'ondes gravitationnelles comme Advanced Ligo. Plus sûrement, elle sera marquée par la publication des premiers résultats de la mission Gaia et l'arrivée sur une orbite autour de Jupiter de la sonde Juno de la Nasa.

Le satellite Gaia se trouve au point de Lagrange L2 du système Terre-Soleil, pour photographier la Voie lactée comme jamais aucun télescope spatial ne l'a fait. © S. Brunier, Esa Le satellite Gaia se trouve au point de Lagrange L2 du système Terre-Soleil, pour photographier la Voie lactée comme jamais aucun télescope spatial ne l'a fait. © S. Brunier, Esa

Astrophysique 2016 : les rendez-vous et nos prévisions - 1 Photo
gaia s-brunier esa

PDF

L’événement marquant pour les passionnés d’astronomie et d’astrophysique pendant l’année 2015 a sans aucun doute été l’arrivée de la sonde New Horizons aux abords de la planète double que constituent en quelque sorte Pluton et Charon. Il a éclipsé la même année l’arrivée de la sonde Dawn au voisinage de Cérès, la première planète naine découverte dans le Système solaire. Il a relégué au second plan aussi les images fournies par la sonde Rosetta toujours en orbite autour de 67P/Churyumov-Gerasimenko. Des résultats de New Horizons, lancée en 2006, tomberont encore en 2016 puisque la sonde, qui communique à faible débit à cause de la distance (et qui partage le réseau de réception DSN avec d'autres missions), n'a transmis pour l'instant qu'un peu plus de la moitié des données qu'elle a récoltées.

En 2015, un autre événement marquant, potentiellement plus important que la mission New Horizons, aurait pu être la confirmation par les membres de la mission Planck de la détection des ondes gravitationnelles de l’inflation par l’expérience Bicep2. Mais cela n’a pas été le cas. Que pouvons-nous attendre de l’année 2016 en astronomie et en astrophysique ?

Peut-être justement la mise en évidence directe d'ondes gravitationnelles, non pas celles laissées par le Big Bang mais celles émises par des sources bien actives. L’astronomie gravitationnelle vient en effet de passer à un nouveau stade avec la mise en service d’Advanced Ligo et Advanced Virgo. Ce qui est certain, en revanche, c’est que la mission Lisa Pathfinder devrait entrer en phase de test cette année afin de vérifier que la technologie prévue pour réaliser le projet eLisa pourra être mise en œuvre.

La sonde Gaia, star de 2016 ?

On a fêté cette année le centenaire de la découverte de la théorie de la relativité générale ainsi que de la solution des équations d’Einstein décrivant le trou noir de Schwarzschild. En 2016, le projet Event Horizon Telescope devrait enfin nous fournir les premières images d’un trou noir, en tentant d’observer l’horizon de celui tapi au cœur de la Voie lactée, Sagittarius A*.


Les milliards d'étoiles de notre Voie lactée forment un labyrinthe dont nous avons du mal à appréhender l'étendue. Pour faire progresser les connaissances sur notre galaxie, l'Agence spatiale européenne mène la mission Gaia, du nom d'un satellite capable de scanner le ciel avec une précision au moins mille fois supérieure à celle des instruments terrestres et cent fois meilleure que celle du satellite Hipparcos. © Euronews

L’évènement scientifique le plus marquant de l’année 2016 en astrophysique devrait sans doute être la publication des premiers résultats de la mission Gaia de l’Esa, consacrée à la cartographie de la Galaxie, c'est-à-dire des mesures de positions et de vitesses radiales très précises de plus d’un milliard d’étoiles. Gaia devait ainsi faire dix mille fois mieux en quantité, et cent fois mieux en précision que son prédécesseur, le satellite Hipparcos. On devrait ainsi avoir accès à des informations inédites de première main pour comprendre en profondeur la structure et la dynamique de la Voie lactée, et ainsi mieux connaître son histoire, notamment la façon dont elle a grandi en absorbant de la matière.

Complétées par des mesures photométriques, les données astrométriques de Gaia devraient conduire aussi à une moisson abondante de découvertes d’exoplanètes. On attend également de nouvelles contraintes sur la matière noire et les théories relativistes de la gravitation alternatives à celle d’Einstein.

Mais l’évènement le plus spectaculaire sera sans doute l’arrivée de la sonde Juno à bon port, c'est-à-dire sa mise en orbite autour de Jupiter. Juno se concentrera sur l’étude de l’atmosphère et de la magnétosphère de Jupiter afin de mieux comprendre sa structure et aussi son origine. Les théories sur la formation des géantes gazeuses posent en effet de nombreux problèmes et, de plus, chacune d'elles peut avoir ses spécificités.

À découvrir en vidéo autour de ce sujet :


Le tir Soyouz VS06 a emporté l'observatoire spatial Gaia, le 19 décembre 2013, depuis le Centre spatial guyanais à Sinnamary. © Esa


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires