Mots-clés |
  • Astronautique,
  • Ariane 5,
  • Ariane 5 ECA,
  • accès à l'espace,
  • Arianespace,
  • kourou,
  • Centre spatial guyanais,
  • Astrium,
  • satellite,
  • lanceur,
  • orbite géostationnaire

Premier lancement de l'année d'une Ariane 5

Pour le premier lancement de l’année d’une Ariane 5, Arianespace s’offre un record de performance avec la mise en orbite de deux satellites de télécommunications, dont Amazonas-3. Ce dernier pourrait bien démocratiser l’accès à Internet en Amérique du Sud.

Ce premier vol de l'année d'une Ariane 5, sur les six prévus, sera le 68e lancement d'une Ariane 5 et la 212e mission d'Arianespace. Il intervient après une série de 53 succès consécutifs du lanceur Ariane 5. © S. Corvaja, Esa Ce premier vol de l'année d'une Ariane 5, sur les six prévus, sera le 68e lancement d'une Ariane 5 et la 212e mission d'Arianespace. Il intervient après une série de 53 succès consécutifs du lanceur Ariane 5. © S. Corvaja, Esa

Premier lancement de l'année d'une Ariane 5 - 3 Photos

PDF

Jeudi 7 février 2013, une Ariane 5 ECA doit lancer les satellites de télécommunications Amazonas-3 et Azerspace/Africasat-1A. Le décollage est prévu le soir, à l’intérieur d’une fenêtre de tir s’ouvrant à 22 h 36 et se fermant à 23 h 20 (heure de la Métropole).

À l’occasion de ce vol, le lanceur établira un nouveau record de performance pour une mission visant l’orbite de transfert géostationnaire. En effet, il devra propulser les 6.265 kg d'Amazonas-3 et les 3.238 kg d'Azerspace/Africasat-1A, ainsi que les adaptateurs et du Sylda 5 (Système de lancement double Ariane 5). Soit une performance totale de 10.317 kg. Le précédent record datait du 2 août 2012. Ariane 5 avait ainsi lancé 10.183 kg, poids des satellites Intelsat 20 et Hylas-2 (lancement VA 208).

Les six satellites de la constellation Globalstar de seconde génération installés sur l'étage Fregat du lanceur Soyouz. © Starsem
Les six satellites de la constellation Globalstar de seconde génération installés sur l'étage Fregat du lanceur Soyouz. © Starsem

Ce n’est cependant pas le premier lancement de l’année pour Arianespace. Avec Starsem, elle a mis sur orbite la quatrième grappe de six satellites Globalstar de seconde génération construits par Thales Alenia Space. Le lancement a été réalisé mercredi par un Soyouz, depuis la base de lancement de Baïkonour, au Kazakhstan. Il s’agissait alors du 1.799e lancement de ce lanceur russe.

Deux satellites de télécommunications

D’une masse au lancement de 6.265 kg, Amazonas-3 est un satellite basé sur la plateforme SS/L 1300 de Space Systems/Loral. Il comprend 33 transpondeurs (des émetteurs-récepteurs) en bande Ku, 19 en bande C et 9 en bande Ka pour l’accès à Internet. Depuis sa position à 61° O, ce satellite offrira des services de téléphonie, de télévision et d’Internet à haut débit au-dessus de l’Amérique, de l’Europe et de l’Afrique du Nord. Il devrait fonctionner pendant au moins 15 ans.

Le satellite Amazonas-3 d'Hispasat. Huitième opérateur mondial, Hispasat est leader sur le marché de la diffusion des chaînes en langues espagnole et portugaise. © SSL
Le satellite Amazonas-3 d'Hispasat. Huitième opérateur mondial, Hispasat est leader sur le marché de la diffusion des chaînes en langues espagnole et portugaise. © SSL

Quant à Azerspace/Africasat-1A, il s’agit du 24e satellite construit par Orbital Sciences Corporation confié au lanceur Ariane. Construit sur la base d’une plateforme Star 2.4E, il possède 24 transpondeurs en bande C et 12 en bande Ku lui permettant d’offrir, sur sa zone de couverture, une large gamme de services pour les États et les sociétés institutionnelles et commerciales.

D’une masse au lancement de 3.238 kg, il sera placé à 46° E, d’où il pourra fournir ses services au-dessus de l’Afrique, de l’Europe, du Caucase, du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale. Sa durée de vie est estimée à au moins 14 ans.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires