Mots-clés |
  • aéronautique

Solar Impulse prêt à reprendre le tour du monde en avion solaire

L’avion solaire de Solar Impulse vient de réaliser un vol d’essai à Hawaï, où il était immobilisé depuis juillet dernier. L’équipe suisse va donc reprendre le tour du monde commencé en mars 2015 à Abou Dhabi et interrompu en plein milieu du Pacifique à cause d’un problème technique.

Le SI2, immatriculé HB-SIB, s’apprêtant à se poser sur la piste de l’aéroport d’Hawaï le vendredi 26 février 2016, à l’issue du vol d’essai qui valide la reprise du tour du monde de cet avion solaire. © Solar Impulse Le SI2, immatriculé HB-SIB, s’apprêtant à se poser sur la piste de l’aéroport d’Hawaï le vendredi 26 février 2016, à l’issue du vol d’essai qui valide la reprise du tour du monde de cet avion solaire. © Solar Impulse

Solar Impulse prêt à reprendre le tour du monde en avion solaire - 2 Photos
Solar Impulse SI2 Hawaii Vol Essai27fev16

PDF

L’aventure reprend pour Solar Impulse. Pour la huitième étape du tour monde à l’énergie solaire, André Borschberg, en juillet 2015, avait battu le record du monde de vol en solitaire avec 5 jours aux commandes, 117 heures et 52 minutes, précisément. À bord du SI2, il avait parcouru plus de 8.200 km entre Nagoya, au Japon, et l'aéroport de Kalaeloa, au sud de l'île d’Hawaï.

Les conditions de vol avaient été difficiles, avec des passages au-dessus de 9.000 m et des vents forts. Pour ce fragile avion, non pressurisé, léger (2,3 tonnes), sous-motorisé avec quatre moteurs de 13,5 kW (17,5 cv) pour une envergure de 72 m et une vitesse de croisière de 80 km/h, la traversée du Pacifique est un défi. Les batteries avaient trop chauffé et le système d’assistance du pilotage avait fait des siennes. C’est donc un engin incapable de redécoller qu’André Borschberg avait posé sur la piste hawaïenne.

L'avion solaire du tour du monde s'apprêtant à se poser à Hawaï le 3 juillet 2015. Ses quatre moteurs de 17,5 chevaux chacun sont alimentés par 17.428 cellules photovoltaïques. © Solar Impulse, Revillard, Rezo.ch
L'avion solaire du tour du monde s'apprêtant à se poser à Hawaï le 3 juillet 2015. Ses quatre moteurs de 17,5 chevaux chacun sont alimentés par 17.428 cellules photovoltaïques. © Solar Impulse, Revillard, Rezo.ch

Prochaine étape : les États-Unis

Il a fallu tout ce temps à l’équipe pour venir à bout des problèmes de l'avion, qui ne nous sont pas expliqués en détail, conduisant notamment à changer les batteries. Vendredi dernier, le pilote d’essai de Solar Impulse, Markus Scherdel (qui avait effectué le premier vol du HB-SIA, le prototype, en 2009), a tenu l’air plus d’une heure et demie et atteint 8.000 pieds (2.400 m). Le test du système de refroidissement faisait partie des essais. Apparemment, tout est concluant, comme l'annonce un communiqué, puisque l’équipe débute la poursuite du tour du monde. La prochaine étape est un vol entre Hawaï et Phoenix, en Arizona. Après André Borschberg, c’est Bertrand Piccard qui, logiquement, devrait être aux commandes pour ce long vol.

Par ce tour du monde, Solar Impulse n’entend pas démontrer que le solaire est l’avenir de l’aviation, la puissance disponible étant bien trop faible. L’équipe suisse veut en revanche montrer qu’elle peut être utilisée dans de multiples domaines, y compris là où on ne l’attend pas forcément.


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires