Le SI2, l'avion solaire du tour du monde, s'est posé à Hawaï le 3 juillet 2015. © Solar Impulse, Revillard, Rezo.ch

Planète

En bref : Solar Impulse interrompt son tour du monde

ActualitéClassé sous :énergie renouvelable , Astronautique , Solar Impulse

Les batteries de l'avion de Solar Impulse, surchauffées, ont été sévèrement endommagées durant le vol de cinq jours au-dessus du Pacifique. Il faudra les réparer mais aussi mettre au point un système de refroidissement. Le SI2 est donc cloué au sol, à Hawaï, et ne devrait repartir qu'en avril 2016.

L'avion de Solar Impulse restera sur l'aéroport de Kalaeola, à Hawaï, pour de nombreux mois. L'appareil n'est en effet plus en état de vol et l'origine du problème vient de la conception même. Il faudra retourner devant les ordinateurs pour trouver une solution. L'avion n'est pas tombé en panne mais dès le début du vol record entre Nagoya et Hawaï (117 h et 52 mn), la température s'est élevée trop rapidement à mesure que l'avion prenait de l'altitude. Le communiqué de Solar Impulse invoque « un taux de montée important et une forte insolation ».

Les batteries, insuffisamment ventilées, ont beaucoup chauffé. Le problème a été identifié immédiatement, explique Solar Impulse, et le vol a pu être poursuivi mais les « dégâts sont irréversibles ». Il faut donc changer ces batteries mais cela ne suffira pas. Si la température est montée excessivement, c'est parce que les conditions de vol dans ce milieu tropical en plein été ont mal été prises en compte. La ventilation doit donc être modifiée.

Après son vol historique (le record mondial de durée en solitaire a été largement battu), le pilote André Borschberg avait également signalé un souci avec le système d'aide au pilotage. Il était déjà devenu clair que le tour du monde ne pourrait pas être bouclé cette année. L'avion de Solar Impulse, entièrement nouveau, avec des moteurs électriques de faible puissance, une structure ultralégère et une autonomie de plusieurs jours, n'est clairement pas d'une mise au point facile. Cela n'empêche pas d'autres de s'y essayer. Entre fin juin et début juillet, deux avions électriques à énergie solaire, l'Elektra One Solar et l’e-Genius, volaient ainsi au-dessus des Alpes, lors de vols de respectivement 2 h 30 et 2 h.