Le secteur de l'industrie peine à trouver des employés qualifiés. © Shutterstock, Johnstocker Production
Sciences

Industrie : comment remédier à la pénurie de compétences et d'experts dans le secteur ?

Question/RéponseClassé sous :Emploi , Métiers , industrie
 

La France est l’une des nations les plus désindustrialisées parmi les pays du G7 (qui compte à ses côtés l'Allemagne, le Canada, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis). Divers plans de relance et un fort désir de replacer l’industrie au cœur de l’économie ont donné un coup de fouet au secteur. Toutefois, même s’il y a beaucoup d’opportunités à saisir, peu ou pas de personnels sont assez qualifiés pour être employés. Ce fort besoin d’embaucher est entaché par des candidatures qui se font bien trop rares. Recruter des profils spécialisés fait donc partie des enjeux actuels.

Cela vous intéressera aussi

Automobile, agroalimentaire, manufacture, production et distribution d’énergies, métallurgie…, la branche industrielle en France est variée. Toutefois, elle fait face à une pénurie de main-d’œuvre et de recrutement. Des initiatives, comme celles de ce cabinet de recrutement industrie, permettent justement de faire concorder l’offre et la demande. Leur mission consiste, pour résumer avec seulement une poignée de mots, à rechercher sur le territoire français les candidats susceptibles de répondre aux besoins d’une société industrielle.

Des difficultés à trouver des candidats qualifiés et spécialisés

En effet, trouver le profil adéquat, recruter un technicien ou un ingénieur dans le secteur industriel a rarement été aussi complexe qu’actuellement. Mais la cause de cette pénurie n’est pas si évidente et plusieurs raisons peuvent expliquer cette tendance qui pénalise de nombreuses entreprises :

  • Est-ce une question de salaires trop bas et pas assez attractifs ?
  • Y a-t-il trop d’exigences de la part des recruteurs ?
  • Est-ce la faute à un désamour envers cette branche jugée parfois trop manuelle avec peu de perspectives d’évolution ?

Comment y remédier ?

Mise à jour des connaissances, apprentissage de nouvelles techniques ou de savoir-faire novateurs, utilisation de machines toujours plus perfectionnées… En cours de carrière, des certifications supplémentaires peuvent se révéler nécessaires. Car l’innovation (très souvent associée à la technologie) se révèle indispensable pour permettre au secteur de se relancer et de perdurer dans le temps. Mais cette innovation justement, requiert des compétences spécifiques !

Les formations en interne ont un rôle majeur à jouer pour offrir l’opportunité au personnel de monter en compétences. Certains industriels encouragent aussi la collaboration entre les apprenants et les professionnels aguerris pour faciliter le partage des connaissances.

Autre axe de travail : adapter les formations professionnalisantes pour que celles-ci répondent mieux aux objectifs d’aujourd’hui et de demain des industries. Former les techniciens, gérer les machines et les robots, réaliser des analyses prédictives… Autant de spécialités qui doivent être incluses dans les programmes de formation pour être conformes aux enjeux des entreprises qui cherchent de la main-d’œuvre.

Le secteur industriel recherche des compétences variées. © Yury Kim, Pexels

Objectif réindustrialisation

La crise de la Covid-19, le conflit entre l’Ukraine et la Russie ainsi que des bouleversements intérieurs comme le mouvement des gilets jaunes sont autant de perturbations qui engendrent un contexte incertain. Notre dépendance aux industries étrangères a été mise en lumière très récemment avec le gel des livraisons et des réseaux de production subi par le pays. Cette renaissance industrielle a donc pour dessein de redorer le secteur en France et de se repositionner en tant qu’acteur performant.

Afin d’y remédier, le gouvernement mise sur deux plans complémentaires : France Relance et France 2030. Le second initié en 2020, a pour but de relancer l’économie pendant les cinq prochaines années et notamment le secteur industriel.

En développant les filières industrielles, les décisionnaires souhaitent en effet gommer progressivement le contraste qui oppose les start-up et les industries et créer un écosystème de valeur sur le sol français. Pour y parvenir, au-delà de l’accompagnement financier, il s’agit aussi de renforcer la compétitivité grâce aux objectifs de décarbonation.

D’une part, cela permet de répondre aux enjeux environnementaux. Mais en parallèle, cette décarbonation vise à réduire drastiquement les émissions de CO2 : qui sont un critère de prise de décision pour les clients, qui impactent le prix de vente d’un produit ainsi que les coûts de production, qui permettent une meilleure gestion des ressources énergétiques et financières à la fois…

Selon ce plan d’investissement France 2030, le but à atteindre serait le nombre symbolique de 100 nouveaux sites industriels par an. Mais pour que ces entreprises de grande ampleur voient le jour, encore faut-il que la main-d’œuvre et que les ingénieurs soient au rendez-vous…

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !