Huit nouveaux sursauts radio rapides répétitifs ont été détectés

Classé sous :Univers , sursaut radio rapide , FRB

L'origine des sursauts radio rapides (Fast Radio Bursts ou FRB, en anglais), ces brefs et puissants flashs d'ondes radio ne durant pas plus de quelques millisecondes, demeure entourée de mystère. Depuis la première détection d'un tel phénomène en 2007, au moins 75 signaux ont été détectés, mais seulement deux d'entre eux sont répétitifs, les autres n'étant apparus qu'une fois. Des chercheurs annoncent maintenant la découverte de huit FRB répétitifs. Ce coup de filet admirable est attribuable au radiotélescope Chime (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment), situé en Colombie-Britannique. Ces FRB sont décrits dans un article disponible en prépublication sur arXiv.

On dénombre donc à ce jour une dizaine de FRB répétitifs. En janvier dernier, le radiotélescope Chime avait révélé l'existence du deuxième sursaut récurrent connu, baptisé FRB 180814.J0422+73. Auparavant, le seul sursaut radio rapide répétitif connu était FRB 121102, découvert en 2012. Le lot de FRB récurrents déniché par Chime indique que ceux-ci ne sont pas si rares, une bonne nouvelle pour les astronomes car ils ont alors l'opportunité de les observer à plusieurs reprises. Ils pourraient ainsi parvenir à déterminer la galaxie d'où ils proviennent, puis le phénomène qui les produit. Des émissions de magnétars ou encore la vibration des cordes cosmiques font partie des pistes avancées. Les chercheurs entendent aussi déterminer si la (ou les) source(s) de ces signaux répétitifs est la même que pour les sursauts ponctuels. Déjà, les derniers résultats de Chime dénotent que les FRB répétitifs durent en moyenne plus longtemps que les FRB uniques, laissant supposer une origine différente.

Pensé pour cartographier la densité de l'hydrogène dans l'univers, le radiotélescope Chime est également capable d'enregistrer des phénomènes transitoires rapides tels que les pulsars et les sursauts radio rapides (FRB). On estime que 1.000 FRB par jour soient décelables depuis la Terre et que ce radiotélescope soit capable d'en débusquer jusqu'à 50 quotidiennement. © Andre Renard, Dunlap Institute; Chime