Des origines neurologiques de la jalousie

Classé sous :Jalousie , singe , cerveau

L'enthousiasme lié à une récompense n'est pas aussi important lorsque les autres reçoivent également une récompense. On parle de comportement « socialement motivé ». Chez les singes, une étude publiée dans PNAS suggère qu'il provient de l'hypothalamus latéral.

Les singes ont la manie de se lécher les babines quand une récompense est censée arriver. Or, les chercheurs ont constaté que le léchage augmentait si les singes s'attendaient à une récompense, mais qu'il diminuait à mesure qu'ils pensaient qu'un autre singe reçoive cette même récompense. Pour comprendre l'origine cérébrale de ce comportement, les chercheurs ont enregistré l'activité des neurones. « Nous avons trouvé un lien clair entre l'activité cérébrale dans l'hypothalamus latéral et le comportement de léchage qui représentait la valeur subjective de la récompense », explique Atsushi Noritake, coauteur de l'étude.

Afin de vérifier leurs observations, les chercheurs ont utilisé un inhibiteur de l'hypothalamus latéral. Dans ce cas, les singes se léchaient tout autant les babines, qu'un autre singe obtienne aussi une récompense ou non. « Sans un hypothalamus latéral fonctionnel, c'était comme si les singes ne traitaient plus ce qu'ils considéraient comme une situation sociale », développe Masaki Isoda, coauteur de l'étude. Dès lors, les chercheurs concluent que l'hypothalamus latéral serait nécessaire pour un comportement « socialement motivé ».

Chez les singes, une récompense perd de sa « valeur subjective » lorsqu'un autre singe reçoit une récompense considérée supérieure. © Atsushi Noritake