Des ingénieurs de recherche : pourquoi, comment ?

DossierClassé sous :technologie , observer , comprendre

-

Version courte d'un exposé à l'accueil de la 118ème promotion de l'Ecole de Physique et de Chimie de Paris (ESPCI) sur le métier d'ingénieur.

  
DossiersDes ingénieurs de recherche : pourquoi, comment ?
 

Inventeurs et affineurs

Vers 1830, Ampère et Faraday déterminent les bases de l'électromagnétisme. Cinquante ans plus tard, apparaît un inventeur fabuleux: Edison, qui met au point les lampes, les générateurs, les circuits. Il est suivi d'une deuxième vague, que j'appelle celle des affineurs: Coolidge, Langmuir. Ceux-la ont à la fois une vision de chercheur et une vision de praticien. Ici, à PC, et dans nos limites modestes, nous voulons faire de vous des inventeurs et des affineurs.

Ingénieurs de recherche. © PublicDomainPictures - Domaine public

Ne croyez surtout pas que ces métiers sont plus faciles que celui de chercheur ! Au plan des principes: il y a plus d'originalité dans la fermeture éclair que dans bien des montages présents dans nos labos. Au plan de la vie quotidienne: la pression psychologique sur un ingénieur de recherche est considérable. Il lui faut des réactions très rapides. "Si d'ici six mois nous n'avons pas amélioré la qualité et le prix de notre produit, l'usine ferme". Je connais peu de chercheurs qui seraient capables de faire de très bons ingénieurs de recherche.

Or nous en avons besoin! Nous avons l'habitude d'un niveau de vie élevé, qui est en fait le fruit du travail de nos arrières grands-parents, au moment de la révolution industrielle. Si nous perdons notre avance en créativité, nous n'avons aucune raison, objective ou économique, de continuer à bénéficier de ces avantages.

Le sens pratique

Que faut-il faire? Le système français n'est pas très favorable. Il insiste peu sur le sens pratique, et sur l'évaluation des ordres de grandeur. Je cite souvent l'exemple d'Enrico Fermi, qui fut à la fois l'un des grands théoriciens des années 30 à 50, et un patron expérimental exceptionnel. Fermi, recevant ses étudiants débutants à l'Université Columbia (New York) leur posait ce premier exercice: combien y a-t-il d'accordeurs de piano dans la ville de New York?

Il voulait leur faire dire à peu près ceci: New York a environ 107 habitants, et peut-être un piano sur 30 familles (soit 100 habitants). Il y a donc 105 pianos à accorder tous les trois ans (envrion 1 000 jours). Donc il nous faut 1 00 actes par jour, ce qui implique de 50 à 100 accordeurs. Et il leur faisait trouver ensuite le résultat exact dans les pages jaunes de l'annuaire!

L'observation

Savoir observer est un talent précieux, et mal cultivé dans nos études. J'aime à citer ici le cas d'un jeune nordique (Ekman) qui, au début du siècle, se promène au bord de la Baltique, au moment du dégel -les glaçons flottent et dérivent dans le vent d'Ouest. Mais Ekman regarde cela de près: et il voit que les glaçons se déplacent à un certain angle par rapport au lit du vent.

Rentré chez lui, il se convainc que ceci doit être une manifestation de la rotation terrestre. Et il écrit le modèle hydrodynamique le plus simple qui incorpore ces effets -ce que nous appelons la théorie des couches d'Ekman.

Mais il faut bien voir que ce calcul n'est rien à côté de l'observation qui l'a motivé! Nous fabriquons des dizaines de milliers de taupens chaque année -mais peu d'observateurs.