Le pneu sphérique Eagle Urban 360, de Goodyear, a été pensé pour être un élément central du « système nerveux » de la voiture du futur. © Goodyear

Tech

Avec l'Eagle 360 Urban, Goodyear met de l'intelligence artificielle dans ses pneus

ActualitéClassé sous :voiture , Voiture autonome , Goodyear

Le manufacturier Goodyear a présenté l'Eagle 360 Urban, un concept de pneu sphérique « bionique » connecté à une intelligence artificielle (IA). Cette dernière est capable de changer le profil du pneu en fonction des conditions météorologiques et de l'état de la route.

Dans une automobile, le pneu est un équipement vital, dont l'état et les performances ont une incidence directe sur la sécurité des personnes. Aussi, alors que les constructeurs automobiles occupent la scène médiatique avec leurs projets de voitures autonomes, il est intéressant de voir que les fabricants de pneumatiques ne sont pas en reste. Profitant du salon de l'automobile de Genève, Goodyear a dévoilé un concept audacieux de pneu qui associe intelligence artificielle (IA) et matériaux polymorphes.

L'Eagle 360 Urban est en fait un pneu sphérique pouvant tourner dans toutes les directions. Il est recouvert d'une « peau bionique », en polymères très souples, grâce à laquelle le pneu sera capable de « sentir » l'état de la route au moyen de capteurs. La structure de la bande de roulement pourra ainsi être modifiée selon les conditions : en cas de pluie, le pneu créera des alvéoles afin d'améliorer l'adhérence ou passera sur un profil lisse sur route sèche. Cette métamorphose s'opérera grâce à une mousse à mémoire de forme, qui constitue le cœur du pneu et qui est activée par stimulation électrique. 

Ce concept de navette autonome munie des pneus sphériques Goodyear Eagle Urban 360 a été imaginé par des étudiants de l’école de design ISD Rubika, basée en France, à Valenciennes. © Goodyear Tires

Ce pneu sphérique pourra s’autoréparer en cas de dommage

Goodyear n'hésite pas à comparer ce procédé à la peau humaine, notamment parce que le pneu est capable de s'autoréparer. En cas de dommage sur la surface, il va pivoter de façon à créer une bande de roulement différente pour laisser la partie endommagée se reformer grâce à l'action de matériaux qui vont réagir chimiquement et physiquement à la perforation pour « cicatriser ».

Cette technologie de pointe sera pilotée par une intelligence artificielle qui analysera les informations renvoyées par les pneus afin d'adapter leur configuration en temps réel. Des étudiants de l'école de design ISD Rubika de Valenciennes ont planché sur un véhicule autonome équipé de deux pneus Eagle 360 Urban (voir la vidéo ci-dessus). Des idées prometteuses mais qui, pour le moment, demeurent à l'état de concept.

Cela vous intéressera aussi

Interview : comment est née l'intelligence artificielle ?  L’intelligence artificielle vise à mimer le fonctionnement du cerveau humain, ou du moins sa logique lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (institut de l’Internet et du multimédia), nous explique l'origine de ces recherches.