Tech

Séquençage du génome : dans un an il vous coûtera 1.000 $

ActualitéClassé sous :technologie , biologie , génétique

Lancé il y a environ vingt ans, le premier séquençage d'un génome humain a coûté pas loin de 3 milliards de dollars et a pris plus de dix ans. Selon Jonathan Rothberg, le Steve Jobs de la biotechnologie, il suffira pour le faire de deux heures et de 1.000 $ d'ici la fin de l'année 2012 grâce à la technologie que développe la société dont il est le P-DG.

La Personal Genome Machine (PGM™) de la société Ion Torrent est déjà un puissant séquenceur employé pour déterminer quelles mutations sont présentes chez des patients atteints de cancers. © Ion Torrent Systems, Inc., Guilford, CT, San Francisco, CA & Beverly, MA. All rights reserved

L'accès démocratisé au séquençage du génome serait imminent... c'est ce qu'a déclaré Jonathan Rothberg, le fondateur de la société Ion Torrent, lors d'une conférence sur les technologies émergentes organisée par le MIT, où enseigne Walter Lewin. Cette déclaration a été reprise par le site de Ray Kurzweil, l'un des principaux apôtres du transhumanisme. Il faut dire que Rothberg n'est pas n'importe qui. Avant cela, le P-DG de Ion Torrent avait été à l'origine d'une autre société qui s'est illustrée dans le domaine du séquençage de l'ADN puisqu'on lui doit celui du génome de James Watson et de Néandertal.

Selon Jonathan Rothberg, les progrès basés sur l'emploi d'ordinateurs et de puces à semi-conducteur sont tels (en ce qui concerne la vitesse de séquençage et la chute de son coût) qu'ils sont plus rapides que ce à quoi on s'attendrait en se basant seulement sur la loi de Moore. Le but mythique du séquençage du génome d'un individu pour seulement 1.000 $ n'est plus très loin. Bientôt, seulement quelques heures pourront suffire et au final, la porte serait ouverte pour une médecine personnalisée, basée sur la connaissance du génome de chaque être humain, accessible à bas prix.

La société Ion Torrent a mis au point une puce qui fonctionne comme un pH-mètre miniaturisé. Elle permet de réaliser un puissant séquenceur d'ADN. © Ion Torrent Systems, Inc., Guilford, CT, San Francisco, CA & Beverly, MA

Des traitements personnalisés du cancer dans vingt ans ?

Une boîte de Pandore est donc sur le point de s'ouvrir car si la connaissance du génome de chaque individu doit permettre en théorie de prédire plusieurs prédispositions, comme ceux liés à des cancers ou des maladies génétiques bien spécifiques, on imagine aisément qu'elle comporte aussi des risques de générer des discriminations en tout genre, comme ceux décrits dans le film Bienvenue à Gattaca

Les progrès de la bioinformatique devraient certes nous permettre de disposer rapidement du livre du génome de chacun d'entre nous, mais posséder un texte et le comprendre sont deux choses différentes. Selon le biologiste, il faudra encore au moins dix ans avant que cela ne débouche sur des traitements médicaux et au moins vingt ans pour des thérapies contre les cancers.