Tech

IFA 2015 : les montres connectées affichent des designs plus classiques

ActualitéClassé sous :montre connectée , smartphone , SmartWatch

Samsung, Motorola, LG, Asus ou encore Huawei sont tous venus au salon IFA à Berlin avec de nouveaux modèles de montres connectées. Si chacun tente de se distinguer, la grande tendance est un retour à une esthétique inspirée de l'horlogerie classique. De quoi séduire un public plus large auquel il faudra aussi démontrer la véritable utilité de ces gadgets...

Pour la seconde génération de sa montre connectée Android Moto 360, Motorola est resté fidèle au cadran circulaire. © Motorola

En vedette à l'édition 2015 du grand salon de l'électronique IFA à Berlin, les montres connectées optent pour une apparence classique avec un cadran rond, à la fois pour se différencier du modèle d’Apple et pour tenter enfin de s'imposer.

Samsung, Motorola, LG, Asus mais aussi Huawei, tous viennent présenter sur le principal salon d'électronique au monde, qui a ouvert ses portes au public le 4 septembre, leurs modèles dernier cri de smartwatches, ces prolongations au poignet du smartphone permettant de recevoir des notifications, de servir de GPS, de lire des SMS, de voir qui appelle ou encore de surveiller son rythme cardiaque.

Séduire au-delà des « geeks »

Avec un espoir : que les montres connectées trouvent enfin leur public, au-delà de quelques fans de technologie. Selon un sondage pour la fédération allemande d'électronique gfu, seuls 16 % des Allemands prévoient d'acheter une smartwatch d'ici fin 2016, loin derrière les smartphones qui cannibalisent les intentions d'achat de la moitié des personnes interrogées.

« Il faut du temps pour démontrer la valeur d'usage des nouveaux objets connectés. Les premières montres connectées lancées il y a deux ou trois ans mettaient avant tout l'accent sur des spécifications techniques. Il manquait bien souvent une dimension design, indispensable pour un accessoire comme une montre, et une dimension service », explique Thomas Husson, analyste chez Forrester.

Mais depuis, « Apple a réussi à créer une rupture en communiquant sur la dimension mode de l'objet », souligne-t-il. Commercialisée depuis avril, l'Apple Watch devrait contribuer à donner le coup de fouet attendu, à en croire les prévisions des cabinets spécialisés : 40 millions de smartwatches vendues dans le monde en 2015 pour Gartner, soit huit fois plus qu'en 2014, mais deux fois moins pour Forrester (20 millions).

Il y a deux ans, à l'IFA 2013, Samsung créait l'événement en dévoilant sa première montre connectée, la Samsung Gear. Cette année, terminé l'écran rectangulaire assez imposant, la deuxième génération opte pour la rondeur.

Avec la Gear S2, Samsung s’oriente lui aussi vers un style proche des montres classiques. © Samsung

Avec un cadran circulaire de 1,2 pouce, la Samsung Gear S2, officiellement dévoilée dans la soirée du 3 septembre, joue davantage sur les codes de l'horlogerie classique, tout comme la nouvelle Motorola 360 ou celle de Huawei. Ce dernier revendique d'ailleurs pour le design de sa première montre connectée une référence à l'horlogerie suisse. La frontière entre le monde de l'horlogerie et celui de l'électronique devrait encore davantage se brouiller, avec l'arrivée attendue de smartwatches d'authentiques horlogers comme Tag-Heuer (avec Intel), Swatch ou Fossil.

Sony, qui a déjà trois générations de sa Smartwatch sur le marché, s'est lui démarqué avec un modèle hybride. La « Wena », que le groupe japonais fait financer sur internet avec un succès inattendu, est une montre apparemment absolument normale. Le high-tech se cache dans son bracelet. Pas question donc de lire ses SMS sur le cadran, en revanche le bracelet vibre si on reçoit un appel et une puce placée dans le bracelet la transforme en porte-monnaie électronique.

Des prix plus abordables

Parallèlement, la barrière des systèmes d'exploitation incompatibles vacille. Voulant clairement marcher sur les plates-bandes d'Apple, Google vient d'annoncer que les nouveaux modèles de montres fonctionnant avec son système Android Wear pourront être aussi connectés avec un iPhone et plus seulement avec un smartphone sous Android. La Huawei Watch sera l'une des premières à en profiter.

Au poignet de Jens Heithecker, le directeur de l'IFA, l'écran noir sur bracelet blanc se repère. « Étonnamment dans la vie au bureau, dans ma vie de tous les jours, je trouve ça plus facile pour communiquer. Quand mon téléphone est je ne sais où, je vois les appels arriver ou les SMS, mon agenda aussi s'affiche à merveille », raconte-t-il à l'AFP.

Pour viser au-delà des « geeks » ou des dingues de fitness, « ce dont le marché des smartwaches a vraiment besoin est d'un nouveau type d'applications s'adressant à tous, que les gens se disent "waouh, ça va changer ma vie" », souligne Ronan de Renesse, analyste chez Ovum. Et peut-être aussi des prix plus abordables. De nombreuses gammes commencent autour de 300 ou 400 euros.