Tech

Apple : « l'iPad mini n'est pas une réduction mais un concentré »

ActualitéClassé sous :informatique , Ipad , Apple

Après avoir vendu 100 millions d'iPad depuis son lancement il y a 2 ans et demi, Apple agrandit la famille avec un modèle doté d'un écran 7,9 pouces qui sera commercialisé à partir du 2 novembre. Avec une autonomie annoncée de 10 heures, un catalogue de 275.000 applications et un prix d'attaque à 339 euros, l'iPad mini s'annonce déjà comme un très sérieux rival pour les autres tablettes 7 pouces du marché.

Le nouvel iMac n’a finalement pas hérité d’un écran Retina, mais d’un design encore affiné qui devrait en faire l’ordinateur de bureau hype par excellence. © Apple

Un peu plus d'un mois après la présentation de l'iPhone 5, Apple organisait une nouvelle conférence de presse à San José en Californie au cours de laquelle a été dévoilé le fameux iPad mini que des rumeurs insistantes annonçaient depuis de nombreux mois. La tablette présentée hier est dotée d'un écran de 7,9 pouces qui affiche 1.024 x 768 pixels, ce qui correspondrait à la même définition que celle de l'iPad de deuxième génération. Comment la marque américaine, dont le fondateur Steve Jobs avait à plusieurs reprises rejeté l'idée d'une tablette de 7 pouces, positionne-t-elle cet iPad mini ?

C'est avant tout un iPad, insiste Apple, qui cite son processeur A5 double cœur, ses 10 heures d'autonomie, sa compatibilité avec le catalogue de 275.000 applications iOS dédiées à l'iPad, sa connexion Wi-Fi bi-bande, son capteur photo de 5 mégapixels (enregistrement vidéo 1.080 p) ou encore sa caméra frontale HD (720p). « Nous avons pris le temps de dessiner un produit qui soit un concentré, non une réduction, de l'original », explique dans une vidéo Jonathan Ive, le gourou du design chez la firme à la pomme. Avec 7,2 mm d'épaisseur et 308 g, l'iPad mini s'utilise d'une main. Selon le communiqué de presse, la nouvelle tablette « offre 35 % de surface d'affichage en plus que les tablettes de 7 pouces, et [...] une surface d'affichage utile supérieure de 67 % lors de la navigation sur le Web ».

« À part les centimètres, il ne manque rien », argumente Apple à propos de l’iPad mini. La tablette 7,9 pouces est positionnée comme un concentré d’iPad qui ne rogne en rien sur les performances et l’autonomie. © Apple

L'iPad mini sera disponible en précommande à partir du 26 octobre pour une livraison fixée au 2 novembre. Les tarifs débutent à 339 euros pour le modèle Wi-Fi avec 16 Go de stockage, 439 euros pour la version 32 Go et 544 euros pour la version 64 Go. Trois modèles Wi-Fi avec connexion cellulaire (3G ou LTE/4G selon les pays) seront également proposés d'ici quelques semaines à 469 euros (16 Go), 569 euros (32 Go) et 674 euros (64 Go).

Un iPad 4 en invité surprise

Si l'iPad mini était sans conteste l'annonce la plus en vue hier, Apple avait d'autres atouts dans sa manche. À commencer par un iPad 4 que l'on n'attendait pas de sitôt. En effet, l'iPad de troisième génération est sorti en mars dernier et la firme avait pour habitude de proposer une mise à jour par an. Cet iPad 4 ne change rien au modèle actuel en design, mais il reçoit un processeur A6 double cœur, le nouveau connecteur Lightning, une caméra frontale HD 720p et une puce cellulaire qui couvre un plus grand nombre de réseaux 4G à travers le monde.

Apple a vraisemblablement jugé nécessaire d'anticiper ce rafraîchissement pour garder son iPad au goût du jour pour la période clé des ventes de fin d'année alors que la concurrence fourbit ses armes. Il y a d'abord l'armada Windows RT emmenée par la tablette Surface de Microsoft et les nombreux modèles que les constructeurs vont aligner dès le lancement de l'OS prévu vendredi. Et selon le site The Next Web, Google aurait également l'intention de lancer une tablette Nexus 10 pouces fabriquée par Samsung. Elle serait dotée d'un écran affichant 2.560 x 1.600 pixels avec une densité de 300 pixels par pouce qui dépasserait celle de l'iPad 4 (264 ppp). Reste que ce renouvellement surprise de l'iPad ne va pas faire que des heureux. On pense à tous les clients qui ont cassé leur tirelire pour un iPad 3 ces derniers mois ou ces derniers jours... D'autant que l'iPad 4 repart sur la même gamme de prix que son prédécesseur. Profitant de cette annonce, Apple a révélé que sa tablette avait dépassé les 100 millions d'unités vendues depuis son lancement il y a 2 ans et demi.

Nouveaux iMac et MacBook Pro

Outre les iPad, Apple était venu hier avec un nouvel iMac et une version Retina du MacBook Pro 13 pouces. Pour la 7e génération d'iMac, les designers ont encore repoussé les limites de la finesse avec un écran dont les bords mesurent 5 mm d'épaisseur. Ce nouveau modèle serait 80 % plus fin que son prédécesseur. Il est doté d'une technologie d'écran Led rétroéclairé qui diminue les reflets de 75 %. L'iMac 21,5 pouces a une définition de 1.920 x 1.080 pixels tandis que le 27 pouces est à 2.560 x 1.440 pixels. Avec ce nouvel iMac, le géant à la pomme introduit aussi une option de stockage baptisée Fusion Drive. Il s'agit d'un système hybride qui associe un disque dur classique de 1 ou 3 téraoctets avec une mémoire Flash de 128 Go, les deux se présentant à l'utilisateur comme un seul volume. Le logiciel Fusion Drive se charge d'optimiser les performances en plaçant automatiquement les programmes et les fichiers les plus utilisés sur la mémoire Flash et le reste sur le disque dur. Cette option sera disponible à partir de l'iMac 21,5 pouces à 1.549 euros.

Pour le processeur, Apple propose de l'Intel Core i5 ou Core i7 cadencés à 2,7GHz, 2,9 GHz et 3,2 GHz avec 8 Go de mémoire vive en standard. La gamme débute à 1.349 euros pour l'iMac 21,5 pouces disponible à partir du mois prochain. L'iMac 27 pouces sortira en décembre à partir de 1.849 euros.

Comme son grand frère le MacBook Pro 15 pouces, le modèle 13 pouces a désormais droit à un écran Retina 2.560 x 1.660 pixels avec une densité de 227 pixels par pouce. Le disque dur laisse la place à du stockage Flash (de 128 à 768 Go) et le lecteur de CD-DVD disparaît également. Résultat, le MacBook Pro 13 pouces affiche 1,6 kg sur la balance et 2 cm d'épaisseur. Il est disponible immédiatement avec une configuration d'entrée de gamme qui débute à 1.749 euros avec un processeur Core i5 à 2,5 GHZ et 128 Go de stockage. Apple propose également un Core i7 à 2,3 ou 2,6 GHz.

Plus anecdotique, mais à signaler tout de même, le renouvellement du Mac mini qui a lui aussi droit à des processeurs Core i5 ou Core i7, à 4 Go de mémoire vive, un disque dur de 500 Go ou 1 To et une connectique très complète (4 ports USB 3.0, ports Thunderbolt, HDMI, SDXC, Gigabit Ethernet et FireWire 800). Le Mac mini est décliné en 3 configurations à 629, 829 et 1.029 euros, disponibles immédiatement.