Sciences

Galiléo - Système européen de navigation par satellite

Dossier - Topographie : découvrir le fonctionnement du GPS
DossierClassé sous :physique , Incontournables , topographie

-

Les sciences géographiques et notamment la cartographie sont à l'origine du désir incessant de connaître notre position physique sur la planète. Les technologies actuelles nous proposent des systèmes électroniques informatisés : découvrons le GPS.

  
DossiersTopographie : découvrir le fonctionnement du GPS
 

Un repère permanent dans l'espace et dans le temps. Galileo, premier système de navigation et de positionnement par satellite spécifiquement conçu à des fins civiles, est plus performant, plus avancé et plus sûr que le système GPS dont les États-Unis ont actuellement le monopole. L'ampleur des besoins futurs en matière de navigation et l'exigence de couverture mondiale ne peuvent être satisfaits par un système unique.

Connaître sa position exacte dans l'espace et dans le temps, autant d'informations qu'il sera nécessaire d'obtenir de plus en plus fréquemment avec une grande fiabilité. Ce sera possible avec le système de radionavigation par satellite Galiléo, initiative lancée par l'Union européenne et l'Agence spatiale européenne (ESA). Ce système mondial assurera une complémentarité avec le système actuel GPS.

La radio-navigation par satellite est une technologie de pointe. Elle résulte de l'émission, à partir de satellites, de signaux indiquant une heure d'une extrême précision. Ceci permet à chaque personne, grâce à un petit récepteur individuel bon marché, de connaître sa position ou celle de tout objet mobile ou immobile (véhicule, bateau, troupeau de bétail, ...) au mètre près.


Galiléo repose sur une constellation de trente satellites et des stations terrestres permettant de fournir des informations concernant leur positionnement à des usagers de nombreux secteurs tels que le transport (localisation de véhicules, recherche d'itinéraire, contrôle de la vitesse, systèmes de guidage, etc.), les services sociaux (par exemple aide aux handicapés ou aux personnes âgées), la justice et les douanes (contrôles frontaliers), les travaux publics (systèmes d'information géographique), le sauvetage de personnes en détresse ou les loisirs (orientation en mer et en montagne, etc.).

  • Galiléo : un enjeu majeur sur les plans technologique, économique et politique

Comparable à d'autres grands projets européens comme Airbus ou Ariane, Galiléo représente une avancée technologique et une révolution sociétale équivalentes à celles engendrées récemment par le téléphone mobile. Il promet également le développement d'une nouvelle génération de services universels.

La place des systèmes de positionnement globaux par satellites est appelée à s'accroître considérablement dans la vie de tous les jours. Il en est du positionnement global par satellites comme de toutes les innovations techniques majeures : son impact réel sur la société et le développement industriel ne se révèlera que progressivement, même si de nombreuses applications concrètes sont déjà possibles. Si personne ne conteste que l'avenir des systèmes de guidage passe par la radionavigation par satellites, des secteurs autres que celui des transports dépendent déjà, sans le savoir, de cette nouvelle technologie. Ainsi en est-il du secteur bancaire dans la détermination de l'heure exacte des transactions financières. Pour certains analystes, la radionavigation par satellite représente une invention aussi importante que celle de la montre : de même qu'aujourd'hui personne ne peut ignorer l'heure, personne à l'avenir ne pourra se passer de connaître l'endroit exact où il se trouve.

  • Un système à la fois concurrent et complémentaire avec le GPS américain

Il existe actuellement dans le monde deux réseaux de satellites de radionavigation, l'un américain (GPS), l'autre russe (Glonass). Tous deux ont été conçus dans une optique militaire. Le système russe n'ayant pas suscité de véritables applications civiles, Galiléo constitue la véritable alternative à l'instauration d'un monopole de fait au profit du GPS et de l'industrie américaine.

  • Galiléo présente plusieurs avantages par rapport au GPS

Il est conçu et élaboré sur une base civile tout en intégrant dûment les protections nécessaires en matière de sécurité. A la différence du GPS à vocation essentiellement militaire, Galiléo offre ainsi, pour certains des services proposés, les garanties juridiques de fonctionnement exigées par les sociétés modernes, en particulier en matière de responsabilité contractuelle.

Il est basé sur la même technologie que le GPS et offre un degré de précision similaire, voire supérieur en raison de la structure de la constellation de satellites et des systèmes terrestres de contrôle et de gestion prévus. Il possède une fiabilité supérieure car il comprend un « message d'intégrité » informant immédiatement l'utilisateur des erreurs qui apparaissent. De plus, à la différence du GPS, Galiléo sera reçu sans aléas dans les villes et dans les régions situées à des latitudes extrêmes.

Il constitue un véritable service public et offre à ce titre une garantie de continuité de services pour certaines applications. Au contraire, il existe au cours des dernières années plusieurs exemples d'indisponibilité involontaire ou intentionnelle des signaux GPS, parfois sans préavis.

Toutefois, GALILEO est également complémentaire du GPS dans la mesure où :

L'utilisation harmonieuse des deux infrastructures (double source) apporte un réel avantage en termes de précision et en termes de sécurité en cas de défaillance de l'un des deux systèmes.

L'existence de deux systèmes indépendants est bénéfique pour tous les utilisateurs qui pourront recevoir les signaux GPS et GALILEO sur un seul et même récepteur.

La maîtrise de la technologie de la constellation de satellites, cœur du système, conditionne celle des multiples applications industrielles que le positionnement par satellites rendra possible. L'Union européenne ne peut rester absente de ce qui apparaît d'ores et déjà comme l'un des principaux secteurs industriels du XXIème siècle et dépendre de systèmes ou de technologies élaborées hors d'Europe pour certaines applications vitales au fonctionnement de la société de demain.

 Cette page a été réalisée par notre partenaire l'Union Européenne