Sciences

Ocytocine : l'hormone pour inspirer confiance en un clin d'oeil !

ActualitéClassé sous :recherche , confiance , ocytocine

Faire du business, vendre, investir : bref, tout ce qui implique des mouvements d'argent entre deux personnes entraîne forcément une relation de confiance. Comment l'obtenir ? Séduction, beau discours, et... potion magique, pardon, ocytocine ! En effet, la confiance est aussi une question de biologie. C'est parti pour un petit voyage au cœur des relations humaines.

Ocytocine : l'hormone pour inspirer confiance en un clin d'oeil !

Fruit de votre travail, vous ne confiez pas votre argent à n'importe qui ? C'est normal, et il va falloir vous convaincre avec des arguments en béton pour vous 'apprivoiser'... Ainsi, des chercheurs suisses qui connaissaient déjà le rôle important de l'ocytocine dans l'attachement et les relations sociales chez les animaux ont voulu testé l'action de cette hormone hypophysaire chez les humains, s'intéressant justement à l'un de nos points faibles : notre attachement à l'argent !

Leur étude vient d'être publiée dans la prestigieuse revue Nature. L'approche utilisée par l'équipe d'Ernst Fehr de l'Université de Zurich est plutôt originale puisqu'elle consistait en un spray nasal d'ocytocine destiné à 29 volontaires embarqués dans un petit jeu de rôle. Eux étaient des investisseurs disposant d'une certaine somme qu'ils pouvaient ou non confier à un banquier, sachant que celle-ci pouvait alors être multipliée par 4. Seul bémol : le banquier pouvait, lui, ne restituer qu'une partie de la somme. D'où le risque à prendre pour l'investisseur en fonction de la confiance qu'il voulait bien accorder à son interlocuteur...

Sur ces 29, 13 ont laissé l'intégralité de la somme au banquier, contre 6 dans le groupe témoin (29 personnes ayant reçu un placebo) ! Résultats flagrants donc. Cependant, les experts ont poussé plus loin leurs investigations en plaçant les mêmes sujets face à un ordinateur au lieu d'un banquier, supprimant ainsi la relation humaine. La confiance avait cette fois disparu, soulignant une évidence : non seulement l'ocytocine pousse l'individu à accepter des risques, mais elle l'entraîne aussi dans le désir de s'engager dans une interaction sociale. La production naturelle de l'hormone aurait les mêmes effets.

Cette conclusion confirme les hypothèses des experts. L'ocytocine produite dans le cerveau stimule la confiance des animaux et des êtres humains. Allant au-delà de leur méfiance, ils acceptent plus facilement de 'se mettre en danger'. En somme, ils sont moins craintifs ! Une telle découverte pourrait apporter des solutions cliniques à des états psychologiques qui compliquent la vie de certaines personnes : l'anxiété, l'agoraphobie (la peur des gens), les crises de panique, etc. et comprendre les mécanismes de cette rare pathologie génétique appelée syndrome de William et Beuren dont l'une des conséquences est un excès de confiance -y compris envers des inconnus (une sociabilité telle qu'elle peut exposer l'enfant à bien des dangers)- qui pourrait être lié à une sécrétion excessive d'ocytocine...