Sciences

Croisement somatique réussi de différentes espèces de Solanum

ActualitéClassé sous :recherche , hybridation , somatique

Les chercheurs de l'Institut de Recherche Agricole de Saint-Pétersbourg, en collaboration avec leurs homologues Allemands et Finlandais, auraient cultivé de nouvelles lignées de plantes du genre Solanum par hybridation somatique.

Croisement somatique réussi de différentes espèces de Solanum

Les pommes de terre et les tomates appartiennent au genre Solanum, tout comme certaines espèces sauvages du Mexique qui ne sont pas comestibles mais ont des qualités intéressantes. Cet intérêt était cependant resté théorique puisque la majorité de ces plantes sauvages ne se croisait pas avec les plantes cultivées. À l'aide de l'hybridation somatique, des propriétés des espèces sauvages auraient été introduites dans des souches cultivées.

De nombreuses résistances sont d'origine chloroplastique ou mitochondriale, donc difficilement transférables par les voies classiques. Avec l'hybridation sexuée, entre deux espèces végétales voisines, deux compartiments génétiques ne seront pas exprimés dans l'hybride : les plastes et les mitochondries, qui sont hérités de la mère. Avec l'hybridation somatique, en fusionnant deux protoplastes d'espèces différentes, plus ou moins proches, les deux cytoplasmes peuvent s'exprimer dans la cellules obtenue, c'est-à-dire confronter les génomes chloroplastiques et mitochondriaux.

Une variabilité génétique inaccessible par les voies classiques est alors disponible. Des variétés de Solanum tuberosum (pomme de terre) et des variétés sauvages mexicaines du même genre Solanum ont été cultivées puis croisées par hybridation somatique dans l'expérience Russo-Germano-Finlandaise. Les chercheurs ont réussi à obtenir des hybrides qui auraient d'intéressantes propriétés, notamment une meilleure résistance aux attaques virales.