Sciences

Centenaire de la mort de Jules Verne, romancier des sciences

ActualitéClassé sous :recherche , jules verne , centenaire

Traduit dans le monde entier et rendu populaire par le septième art, la télévision ou le livre de poche, Jules Verne s'impose aujourd'hui comme écrivain après avoir été longtemps réduit à deux secteurs souvent considérés comme mineurs : les livres pour la jeunesse et la science-fiction. Jules Verne s'est éteint le 24 mars 1905, vaincu par le diabète.

Après avoir tenté une carrière dans le théâtre, Jules Verne se lance dans le roman au début des années 1860. À sa mort en 1905, il laisse un ensemble romanesque de 62 titres regroupés sous l'appellation générale de Voyages extraordinaires. Le projet est né d'une double rencontre, l'une avec l'œuvre d'Edgar Poe que Baudelaire traduisait en France, l'autre avec l'éditeur Hetzel qui lance en 1864 le Magasin d'éducation et de récréation. Au-delà du projet éducatif, J. Verne a perçu combien les découvertes scientifiques et géographiques de son époque pouvaient fournir une riche matière à un romancier qui saurait les mettre en scène.

Les premières œuvres se tournent vers des lieux inexplorés : les sources du Nil (Cinq semaines en ballon, 1863), le pôle Nord (Voyages et aventures du capitaine Hatteras, 1864-65), les entrailles du globe (Voyage au centre de la Terre, 1864), son satellite (De la Terre à la Lune, 1865), le fond des mers (Vingt mille lieues sous les mers, 1869-70). J. Verne utilise un genre littéraire ancien, le voyage imaginaire, mais le modernise grâce à des bases scientifiques solides qu'il acquiert par ses lectures. Pour accomplir ces voyages aux pays des merveilles, des engins de transport sont nécessaires. L'auteur les emprunte à l'actualité : le Nautilus du capitaine Nemo (Vingt mille lieues sous les mers), l'Albatros (Robur-le-Conquérant, 1886) ou le Géant d'acier (La Maison à vapeur, 1880) s'inspirent de recherches contemporaines.

Jules Verne n'invente pas, il se livre à un abondant travail de documentation que son imagination transforme en une fiction toujours vraisemblable. À cela s'ajoutent des phénomènes et événements observés au cours de ses pérégrinations notamment outre-Atlantique, dans les pays nordiques ou en Méditerranée. J. Verne fait ainsi entrer dans le champ de la littérature les éléments les plus disparates, des termes techniques, des données scientifiques, des noms réels, des chiffres ou mots étrangers qu'il parvient à rendre passionnants... Comme son contemporain Baudelaire avide de « modernité », J. Verne aspire à un « nouveau » que le voyage pourrait apporter, un nouveau qui vient autant d'une époque en mutation que de l'imagination des artistes.

Les Voyages extraordinaires sont aussi le reflet des grandes questions du XIXe siècle : les guerres entre nations et le colonialisme, les revendications des peuples pour leur liberté, la montée du capitalisme, le devenir de l'humanité. Mais, ce qui marque avant tout les lecteurs des romans de Jules Verne, ce sont les rebondissements de l'aventure, les traversées de paysages exotiques, de déserts brûlants ou glacés, ou l'exploration d'îles mystérieuses, de villes englouties, de jungles inextricables. Une œuvre qui nous fera rêver encore longtemps.