Sciences

Le champ magnétique terrestre enfin expliqué !

ActualitéClassé sous :physique , champ magnétique , magnétisme

-

C'est un pas important qui vient d'être réalisé dans la compréhension d'un phénomène dans lequel nous baignons tous, la plupart du temps sans nous en rendre compte: le champ magnétique terrestre.

Schéma du champ magnétique terrestre. Notons au passage que le pôle Nord magnétique terrestre est en réalité un pôle de magnétisme "sud" qui attire le pôle "nord" (en rouge) de l'aimant que constitue l'aiguille de la boussole.

S'il est relativement aisé de produire un champ magnétique au moyen de solides aimantés ou d'un champ électrique, comprendre l'origine et le comportement d'un tel phénomène produit par une planète, une étoile ou même une galaxie relève du défi. Non par manque d'explications théoriques, mais bien parce qu'il était à peu près impossible, jusqu'à ce jour, de reproduire un tel processus au départ de matière dans un état autre que solide.

L'étape cruciale vient d'être franchie par un groupe de chercheurs français, qui viennent de reproduire pour la première fois en laboratoire le champ magnétique terrestre en conditions réelles, et démontrer ce qui n'était qu'hypothèse invérifiée à ce jour: il est provoqué par les mouvements turbulents de liquides conducteurs à l'intérieur de la Terre.

Ces travaux sont le fruit d'une collaboration qui regroupe des chercheurs du CNRS, de l'Ecole Normale Supérieure de Paris, de celle de Lyon et du CEA, qui ont consisté à créer en laboratoire un champ magnétique dans un écoulement très turbulent de sodium liquide. Et si toutes les conditions extrêmes rencontrées au sein des étoiles ou des noyaux planétaires ne peuvent être reproduites, le champ mis en évidence présente des similarités remarquables avec les champs magnétiques planétaires ou stellaires.

Si l'hypothèse que le champ magnétique de la Terre est engendré par un effet dynamo, c'est-à-dire par les mouvements d'un fluide conducteur de l'électricité, avait déjà été émise dès 1919 par le physicien anglais Sir Joseph Larmor, il aura cependant fallu attendre 2007 pour en obtenir une confirmation expérimentale. Et cela n'est pas anodin, car non seulement ce phénomène aligne les aiguilles des boussoles, mais il nous protège aussi des effets nuisibles des rayons cosmiques et des particules solaires, qui rendraient toute vie impossible sur Terre en son absence.