Sciences

Hommage à Ray Bradbury : quelques chroniques de l'exploration martienne

ActualitéClassé sous :Astronomie , mars , JPL

Ray Bradbury n'était pas un scientifique et bien que considéré comme l'un des plus grand auteurs de science-fiction du siècle dernier, il refusait ce titre en affirmant que seul son roman Fahrenheit 451 relevait de ce genre littéraire. Mais nul doute que l'auteur, qui vient de décéder à 91 ans, a marqué avec ses Chroniques martiennesles futurs ingénieurs et chercheurs responsables de l'exploration de Mars.

Raymond Douglas « Ray » Bradbury, né le 22 août 1920, mort le 5 juin 2012, est un écrivain américain, référence du genre de l'anticipation. Il est particulièrement connu pour ses Chroniques martiennes, écrites en 1950, L'Homme illustré, recueil de nouvelles publié en 1951, et surtout Fahrenheit 451, roman dystopique publié en 1953. © Wikipédia-Alan Light
  • Retrouvez toutes les images de la planète Mars

Beaucoup de chercheurs et d'ingénieurs sont des fans de science-fiction et il n'est probablement pas exagéré de dire que bien des vocations ont été, sinon inspirées, du moins renforcées par la lecture de certains auteurs majeurs de ce genre littéraire alors qu'ils étaient enfants et adolescents. On sait que ce fut le cas d'Hermann Julius Oberth et Robert Goddard, avec des auteurs comme H.-G. Wells et Jules Verne, et il est raisonnable de penser qu'aujourd'hui des films comme Iron Man et Avengers vont jouer le même rôle.

L'un des auteurs de science-fiction qui a, à coup sûr, influencé l'exploration martienne qui se poursuit actuellement, et qui prendra peut-être un aspect spectaculaire avec le projet Mars One, n'est autre que Ray Bradbury, décédé ce mardi 5 juin, à l'âge de 91 ans.

Bradbury, un inspirateur de l'exploration martienne

On peut se convaincre de cette influence en constatant que le fameux Jet Propulsion Laboratorya mis en ligne sur YouTube deux vidéos lui rendant hommage. Dans la première, on voit qu'il avait été invité au Caltech en novembre 1971 à l'occasion de l'arrivé en orbite de la sonde Mariner 9, la première à fournir des images à haute résolution de la surface de Mars et qui nous a révélé l'existence du plus grand volcan du système solaire Olympus Mons et de l'énorme canyon Valles Marineris. Il était accompagné d'Arthur Clarke et de Carl Sagan.


Un hommage à Ray Bradbury des ingénieurs du célèbre Jet Propulsion Laboratory contrôlant les rovers martiens. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur « cc » pour que s'affichent d'abord des sous-titres en anglais si ceux-ci n'apparaissent pas déjà. En passant simplement la souris sur « cc », apparaîtra « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français » puis « ok ». © JPLnews/Youtube

Ray Bradbury n'était pas un scientifique cependant, contrairement à Clarke qui était quasiment un ingénieur puisqu'il avait contribué à la mise au point des premiers radars et proposé le concept de satellite de télécommunication sur une orbite géostationnaire, la désormais célèbre orbite de Clarke.

Bradbury laisse 300 nouvelles, une trentaine de romans, plusieurs pièces et poèmes, ainsi que des scénarios pour le cinéma et la télévision. Ses chefs d'œuvres sont incontestablement Fahrenheit 451 (qu'adaptera au cinéma François Truffaut) et ses fameuses Chroniques Martiennes. Écrites entre 1945 et 1950, elles décrivent l'arrivée de l'Homme sur Mars en 1999 et l'histoire des premiers colons terriens avec en toile de fond une très ancienne civilisation martienne sur le déclin et qui finira d'ailleurs par disparaître.

L'odyssée des rovers martiens

Pour rendre hommage à Bradbury, Futura-Sciences vous propose de redécouvrir quelques-unes des chroniques concernant l'exploration de Mars, que nous avons publiées au cours des années.

Installé à quelques kilomètres du cratère Endeavour, dans Meridiani Planum, le robot martien Opportunity a tourné sa caméra en direction du Soleil. Les ingénieurs de la Nasa en ont tiré deux vidéos, l'une d'un coucher de notre étoile, l'autre d'un transit de Phobos, c'est-à-dire presqu'une éclipse !

 

C'est en janvier 2004 que les robots américains Spirit et Opportunity, de la mission Mars Exploration Rover, ont posé leurs roues sur la Planète rouge. Récit d'une incroyable saga qui se poursuit toujours.

 


Des images prises par le rover Spirit lors de son odyssée sur Mars. © JPLnews/Youtube

Les instruments au service des images martiennes

Alors que la plupart des photographies du sol de la planète Mars montrent un monde immobile et figé, l'instrument Hirise (High Resolution Imaging Science Experiment) de Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) vient de transmettre les images d'une série d'avalanches particulièrement spectaculaires.

 

L'instrument Themis de la sonde américaine Mars Odyssey a révélé la présence de plusieurs centaines de sites recouverts d'un dépôt de chlorure de sodium éparpillés dans les montagnes de l'hémisphère sud de la Planète rouge, la région la plus ancienne connue.

 

Pour ce mois de janvier 2011, Futura-Sciences a choisi de vous faire lever les yeux au ciel : l'astronomie sera le thème du mois, décliné en une série d'articles. Aujourd'hui, commençons par la Planète rouge, en trois chapitres : son passé géologique et hydrologique, le présent avec l'exploration et la découverte de paysages étonnants et enfin le futur avec d'ambitieuses missions.

 


Le voyage vers Mars et son exploration par le rover Curiosity simulés en images de synthèse. © JPLnews/Youtube

Des hommes sur Mars à la recherche des origines de la vie

Après vous avoir offert la Lune, Google vous offre aujourd'hui la Planète rouge ! À l'occasion de la commémoration de la naissance de Percival Lowell, un astronome amateur connu pour avoir découvert Pluton, mais surtout pour avoir soutenu dur comme fer que Mars présentait des canaux, la firme américaine offre Mars aux internautes, dans un outil que Google annonce déjà comme « la carte scientifique de Mars la plus détaillée jamais élaborée ».

 

Les futures missions interplanétaires habitées devront faire face aux dangereuses radiations solaires. Contrairement à ce que l'on pensait il y a encore quelques années, des mini magnétosphères efficaces pourront équiper les vaisseaux habités naviguant, par exemple, entre la Terre et Mars.

 

Comme tout le monde le sait, les astronautes d'Apollo 11 n'ont jamais débarqué sur la Lune mais les cosmonautes de Mars 500 ont bel et bien débarqué sur Mars au début de l'année 2011. À moins qu'il ne s'agisse du contraire... Voici en tout cas quelques photos qui semblent accréditer la thèse qu'un groupe d'exobiologistes a exploré une portion de la Planète rouge.

 


Pourquoi explorer Mars ? La réponse par quelques chercheurs. © euronewsfr/Youtube