Sciences

En vidéo : Curiosity, le rover de MSL, prépare son arrivée sur Mars

ActualitéClassé sous :Astronautique , Curiosity , rover martien

-

Le vaisseau spatial de la mission Mars Science Laboratory vient d'entrer dans la dernière étape de son voyage. Lundi matin, l'engin foncera dans l'atmosphère martienne pour déposer le rover Curiosity dans le cratère Gale. Un atterrissage à haut risque, comme en témoigne notre vidéo.

La grue aéroportée par huit réacteurs à l'hydrazine, qui descendra le rover Curiosity à l'aide de trois sangles de 7,5 m de longueur. © Nasa

La fin du voyage approche pour le rover Curiosity, parti le 25 novembre 2011. Hier, la Nasa a déclenché les procédures finales pour que le vaisseau spatial de la mission MSL (Mars Science Laboratory) effectue de manière autonome son approche de la Planète rouge et sa descente dans l'atmosphère martienne. Il s'agit de régler les derniers paramètres et d'activer les systèmes chargés du pilotage automatique. Samedi dernier, l'avant-dernière correction de trajectoire (elle porte le numéro 4), après un périple de 570 millions de km, a affiné la précision sur la zone d'atterrissage, à l'intérieur du cratère Gale, où le rover Curiosity devrait être déposé lundi 6 août au matin à 5 h 31 TU (7 h 31 en heure française).


La séquence d’atterrissage de Curiosity. Elle ne durera que 10 minutes et sera pilotée de manière autonome par l’électronique de bord. Après la séparation de l’étage de croisière, l’engin plongera dans l’atmosphère à plus de 21.000 km/h, protégé par son bouclier de 4 m de diamètre. Durant la trajectoire balistique, l’éjection de masses pourra corriger un peu l’angle de descente. À 11 km d’altitude et environ 1.500 km/h, le parachute se déploie puis, à 8 km, le bouclier est largué. La grue se détache à 1,6 km, l’électronique de bord (dans le rover) filme le site et décide de l’endroit précis du posé. Elle pilote ensuite la grue et la descente des sangles qui posent le rover sur le sol. La grue, devenue inutile, s’éloigne de quelques centaines de mètres et s’écrase. © Nasa

Curiosity se prépare à un atterrissage délicat

C'est la première fois qu'un engin se pose dans un terrain aussi accidenté. Jusque-là les missions avec un atterrisseur ont eu pour cible de vastes plaines, techniquement plus faciles. Mars Pathfinder, avec le petit rover Sojourner (1997), Mer (Mars Exploration Rover) avec Spirit et Opportunity (2004) et enfin Phoenix, par le robot immobile, nous ont fait découvrir des paysages très plats.

Pour Curiosity, la Nasa a choisi la difficulté en visant l'intérieur d'un curieux cratère, Gale, au milieu duquel se trouve un pic très élevé, davantage encore que la plaine environnante. Le paysage sera superbe, assurément, et scientifiquement intéressant car on pense que le sol de ce bassin doit être composé de sédiments laissés par un ancien océan. Mais l'atterrissage est plus délicat.

Un éclaté du vaisseau spatial de MSL. L'étage de croisière (Cruise Stage) ne sert que dans l'espace et sera abandonné avant l'entrée dans l'atmosphère. Le bouclier arrière (Back Shell), porte l'interface avec l'étage de croisière et le parachute. L'engin qui pénètre dans l'atmosphère (Entry Vehicle System), avec le bouclier thermique (4,5 m) abrite la grue (Descent Stage) et le rover, qui lui est attaché par des sangles et un système de déroulement (Bridle Umbilical Device). © Nasa

MSL, la mission des records

De plus, la méthode a changé : alors que Spirit et Opportunity avaient été simplement lâchés à moins de 10 m du sol et avaient durement rebondi, protégés par des airbags, le lourd Curiosity (899 kg) sera doucement déposé par une grue volante, sustentée par huit réacteurs. C'est la première fois que cette méthode est utilisée et c'est aussi la plus importante masse posée sur la planète Mars (la grue, son carburant et le rover ont une masse de plus de 2 tonnes). Le parachute (21 m) et le bouclier thermique (4,5 m) seront les plus grands jamais utilisés sur Mars.

L'entreprise n'est donc pas sans risque, d'autant que Curiosity est unique alors que la Nasa avait par sécurité doublonné la mission Mer, avec Spirit et Opportunity. Futura-Sciences suit de près la mission et vous fera vivre les moments clés. Restez en ligne !