Sciences

Cassini-Huygens : des photos de Saturne et des inquiétudes pour Huygens

ActualitéClassé sous :Astronomie , huygens , Cassini

-

La sonde américano européenne Cassini-Huygens a envoyé jeudi des images spectaculaires des anneaux de Saturne, des photos prises lors de la mise en orbite de la sonde autour de la planète gazeuse, une première ! La sonde est composée de deux engins : Cassini est un orbiteur, de fabrication américaine tandis que la sonde Huygens a été fabriquée par les européens. Quelques inquiétudes sont apparues ces derniers jours pour Huygens, dont la mission se révèle plus compliquée que prévu.

La sonde a dû passer à travers les célèbres anneaux de Saturne

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la sonde s'est mise en orbite autour de la géante Saturne, la deuxième plus grosse planète de notre système solaire après Jupiter. Saturne se situe à environ 1,5 milliard de kilomètres de la Terre.

Pour assurer sa mise en orbite, Cassini-Huygens a dû notamment traverser les anneaux de Saturne. Puis, la sonde a dû allumer l'un de ses deux moteurs principaux pour procéder à l'insertion en orbite.

Au cours de sa mise en orbite autour de Saturne, l'orbiter Cassini a pris une série de photos des anneaux de Saturne. C'est la première fois que des photos ont été prises aussi près de la planète, à environ 20.000 kilomètres de distance. Quelques heures plus tard, les responsables de la mission n'ont pas été déçus de la qualité des clichés : « ces images sont époustouflantes » s'est exclamé l'un d'entre eux.

La mission de Cassini va pouvoir débuter

Cassini a été baptisé du nom de l'astronome franco-italien Jean-Dominique Cassini qui a découvert plusieurs anneaux de Saturne et leur division éponyme, et décrit plusieurs de leurs dispositifs, pendant la période 1671-1685.

L'orbiteur Cassini, le véhicule spatial le plus important et le plus sophistiqué qui ait jamais été lancé dans l'espace lointain, transporte 12 instruments scientifiques développés par des équipes américaines et internationales afin d'étudier de manière approfondie la planète Saturne, son satellite Titan, ses lunes glacées, ses anneaux et son environnement magnétosphérique.

Le mission devrait durer 4 années et au moins 70 orbites autour de Saturne. Toutefois, les scientifiques prévoient de prolonger la mission de deux années supplémentaires, si l'orbiteur fonctionne normalement et si les réserves en carburant sont suffisantes.

L'ambitieuse Huygens

La sonde Huygens a été baptisée du nom de l'astronome hollandais Christiaan Huygens à qui l'on doit la découverte de Titan en 1655.

La sonde est un véritable concentré de technologie et sa mission se révèle être extrêmement ambitieuse. Si tout se passe bien, cette sonde de 320 kg pénétrera dans l'atmosphère de Titan le 14 janvier 2005.

Une des (nombreuses) interrogations que suscite la mission est son arrivée sur la surface de Titan. Va-t-elle atterrir ou va-t-elle amerrir ?
Titan est la plus grosse lune de Saturne. Elle est depuis plusieurs années l'objet de nombreuses études : on pense que son environnement chimique pourrait être similaire à celui de notre planète avant l'apparition de la vie. Selon eux, la surface de Titan serait recouverte en grande partie de mer de méthane et d'éthane ou d'une importante couche de glace et d'un océan d'hydrocarbure.

Quelques complications pour Huygens

Au sol, la durée de vie opérationnelle de Huygens sera fonction de la nature du sol. En cas d'atterrissage, elle sera plus longue que si la sonde aboutit sur une mer. De toutes façons, l'activité de la sonde sera extrêmement réduite. Elle n'excédera pas les 2 heures. Les concepteurs de la mission l'estiment même entre 3 et 30 minutes.

Cependant, d'après de nouvelles analyses commandées par l'agence spatiale européenne, la sonde ne pourrait même pas collecter des mesures scientifiques. En effet, des doutes existent quant à la capacité du bouclier thermique à faire face à l'échauffement (qui devrait se révéler plus important que prévu) que Huygens subira en entrant dans l'atmosphère de Titan, ce qui condamnerait la mission.

Si les conclusions de cette étude se confirment, l'Agence Spatiale Européenne pourrait modifier l'angle de rentrée de la sonde dans l'atmosphère de Titan pour que l'échauffement subit par Huygens soit moins important.