Santé

Pour éviter les crises cardiaques, brossez-vous bien les dents !

ActualitéClassé sous :médecine , coeur , dents

« N'oublie pas de te laver les dents ». Cette phrase bien connue des enfants prend tout son sens quand on sait que l'hygiène dentaire protège aussi le cœur. Cela serait lié aux bactéries de la bouche et à leur impact sur le fonctionnement global de l'organisme.

Les dentistes recommandent trois brossages de dents par jour. Il est important de respecter ces conseils pour entretenir sa santé dentaire et... cardiaque. © arte_molto_brutta_2, Flickr, cc by nc sa 2.0

Il y a de petits gestes simples et quotidiens qui sont bien plus importants qu'on ne le croit. Se laver les dents par exemple, permet d'éviter le développement de caries et de parodontites, mais cela est également primordial pour la santé du cœur. Il y a quelques années, des chercheurs taïwanais avaient d'ailleurs montré qu'un détartrage régulier des dents réduisait les risques d'attaques cardiaque et cérébrale.

Des chercheurs de l'université Columbia à New York viennent à nouveau insister sur ce sujet. Leur étude, publiée dans le Journal of the American Heart Association, montre que l'hygiène buccodentaire limite le développement de l'athérosclérose, caractérisée par le dépôt de plaques de lipides sur la paroi des artères. Leurs résultats soulignent donc, une fois de plus, que respecter ses dents protège aussi le cœur.

L’athérosclérose est à l’origine de nombreux problèmes cardiovasculaires. Selon cette étude, la santé buccodentaire influencerait directement l'athérosclérose. © Adapté de Icewalker cs, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

De mauvaises dents c’est risqué pour le cœur

Pour ces travaux, les chercheurs ont étudié la santé buccodentaire de 420 personnes pendant 3 années. Ils ont réalisé des prélèvements réguliers de plaque dentaire sur plusieurs dents et au niveau de la gencive. Au total, ils ont récupéré plus de 5.000 échantillons qu'ils ont analysés pour détecter la présence de 11 souches bactériennes différentes. Ils ont également collecté de la salive au niveau de la gencive et ont mesuré sa concentration en interleukine 1, une molécule impliquée dans le procédé d'inflammation.

Grâce à une technique d'échographie à haute résolution, les auteurs ont estimé l'athérosclérose en mesurant, sur les artères carotides, l'épaisseur du couple intima et média (IMT, pour intima-medial thickness) correspondant respectivement aux tuniques interne et intermédiaire d'un vaisseau artériel. Cette donnée est donc un indicateur du risque cardiovasculaire.

Les bactéries de la bouche s’attaquent aux artères

Les résultats montrent une association entre la santé buccodentaire et la progression de l'IMT. Au cours des trois années d'étude, les auteurs ont en effet observé une différence de 0,1 mm dans l'IMT des personnes ayant une bonne hygiène dentaire par rapport à celles ne ménageant pas suffisamment leurs dents. Or, des travaux précédents ont mis en évidence qu'une telle augmentation doublait le risque de problèmes vasculaires.

En d'autres termes, plus on soigne ses dents, plus les risques cardiaques sont faibles. « Ces données sont importantes, car elles montrent un lien entre l'athérosclérose, la parodontite et le nombre de germes présents dans la bouche. En contrôlant les microbes buccaux, on pourrait peut-être limiter le développement de ces deux maladies », explique Moïse Desvarieux, le directeur de l'étude.

« Nos résultats montrent une relation claire entre l'IMT et ce qui se passe dans la boucheune parodontite même de faible intensité devrait être prise très au sérieux, car elle peut cacher un problème plus grave au niveau des vaisseaux sanguins », ajoute Panos Papapanou, le principal auteur des travaux. À l'avenir, les auteurs aimeraient comprendre comment les bactéries de la bouche contribuent au développement de l'athérosclérose. Des études réalisées chez l'animal suggèrent qu'elles activent le système immunitaire et initient une réponse inflammatoire conduisant à cette pathologie. De nombreuses études sont cependant nécessaires pour le confirmer chez l'Homme.