Santé

Émergence des superbactéries : risques et solutions

ActualitéClassé sous :médecine , journée mondiale de la santé , OMS

La résistance aux antimicrobiens, dont les antibiotiques, est l'un des problèmes sanitaires actuels les plus inquiétants. Risquons-nous réellement de nous retrouver démunis face à une pénurie de médicaments efficaces ?

Lutte contre la résistance aux antimicrobiens : pas d'action aujourd'hui, pas de guérison demain ! © OMS

Comme chaque année, un thème de santé publique est à l'honneur ce 7 mars, à l'occasion de la Journée mondiale de la santé, date qui coïncide avec la création de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2011, l'OMS a choisi de mettre en avant la résistance aux antimicrobiens (ou pharmacorésistance), un problème sanitaire majeur et malheureusement en pleine expansion.

Car si les antimicrobiens sont des médicaments qui ont pour rôle de lutter contre des infections (bactériennes, virales, fongiques ou encore contre les parasites), on constate depuis quelques années une baisse de leur efficacité sur des microorganismes qui étaient pourtant connus pour y être sensibles. Résultat : il devient de plus en plus difficile de soigner les patients, qui souffrent de la maladie plus longtemps et ont un risque plus élevé de décéder, faute de solution.

De nombreux décès liés à la pharmacorésistance

Le traitement du paludisme est ainsi devenu plus problématique, mais c'est majoritairement la résistance aux antibiotiques qui inquiète. En effet, 150.000 décès annuels sont imputés à des cas de tuberculose multirésistante, qui touchent près de 440.000 personnes chaque année. Les infections nosocomiales aux staphylocoques dorés sont aussi en augmentation.

L'origine de cette résistance provient d'une mauvaise utilisation des antibiotiques, qui pousse les microbes à acquérir des mutations pour devenir des « superbactéries », des bactéries « super-résistantes » ou encore « multirésistantes » (des superlatifs qui témoignent de l'inquiétude du monde médical).

On a notamment récemment entendu parler des bactéries NDM-1, ou encore de celles découvertes dans un hôpital de Marseille. Il y a donc des risques non négligeables de se retrouver confronté à la même situation qu'ont vécue nos ancêtres (avant la découverte des antibiotiques au début du XXe siècle), où des épidémies pouvaient ravager des populations entières sans aucun moyen de les combattre.

Recherche de nouveaux antibiotiques

Les recherches menées pour découvrir de nouveaux antibiotiques sont de façon surprenante peu financées, et si des espoirs sont parfois permis par l'annonce de résultats encourageants, finalement très peu de molécules passent avec brio les différentes étapes de sélection menant à leur apparition sur le marché.

Il convient donc de trouver des solutions. L'OMS propose d'agir suivant deux axes principaux :

  • éviter la propagation des germes entre les malades au niveau local, national et international ;
  • utiliser de façon plus rigoureuse les antimicrobiens disponibles.