Les femmes ont de quoi se réjouir : elles peuvent être porteuses du gène du bonheur ! Les hommes, eux, n'ont pas cette chance, peut-être à cause de la testostérone. Qu'en est-il des petits garçons qui ne produisent qu'en petite quantité l'hormone sexuelle mâle ? Les scientifiques tenteront d'apporter une réponse. © Gbp, StockFreeImages.com

Santé

Science décalée : un gène du bonheur uniquement chez la femme

ActualitéClassé sous :génétique , biologie , médecine

Les femmes auraient droit à un gène du bonheur qui produit presque l'effet inverse chez l'homme. Cet allèle particulier procure du bien-être quand il est présent en un exemplaire, et encore plus lorsqu'il est en deux copies !

Les hommes et les femmes pourraient ne pas demeurer libres et égaux en bonheur. En effet si cet état de plénitude a une forte composante génétique, la gent féminine jouirait d'un avantage sur son homologue masculine. Un allèle particulier du gène Maoa (monoamine oxydase A) procurerait du bien-être chez la femme alors qu'il favoriserait l'agressivité chez l'homme. Comment est-ce possible ?

Le contexte : le bien-être génétique

La génétique s'immisce vraiment partout et joue parfois en notre faveur. Ainsi, des études menées auprès de jumeaux indiquent qu'elle explique entre 35 et 50 % des variations de bonheur entre les individus. La joie de vivre est donc en partie dans l'ADN.

Si d'une part cela justifie le fait que tout le monde n'a pas la même conception du plaisir, l'aptitude au bonheur est également dépendante du sexe. En effet, de précédents travaux tendent à montrer que les femmes se déclarent plus heureuses que les hommes, même si elles sont davantage victimes de troubles de l’humeur et de l'anxiété.

Pourquoi ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre une équipe de chercheurs de l'University of South Florida en évaluant l'effet de différentes versions d'un même gène, nommé Maoa, sur le bien-être des hommes et des femmes.

Mais cet effet ne se constate pas chez les individus masculins. Au contraire, cet allèle avait déjà été surnommé par quelques scientifiques le « gène du guerrier » du fait de l'agressivité qu'il engendre. Il est également associé à l'alcoolisme et au comportement antisocial. Même séquence ADN, effets presque opposés !

Le bonheur serait aussi codé dans l'ADN, en partie dans certaines formes du gène Maoa des femmes. Les hommes ont-ils eux aussi un équivalent ? © Maurizio de Angelis, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Dans ce travail publié dans Progress in Neuro-Psychopharmacology & Biological Psychiatry, les auteurs relatent leur protocole. Une analyse génétique de la version de Maoa de 345 volontaires (193 femmes et 152 hommes) était mise en parallèle à un questionnaire dans lequel les cobayes devaient déclarer leur niveau de bonheur.

De façon surprenante, l'allèle qui conduit à une expression moindre de l'enzyme était associé au bonheur chez les femmes. Celles possédant une seule version disaient être plus heureuses que celles qui en étaient dépourvues. Mais ces premières étaient dépassées dans l'intensité du bien-être par les femmes homozygotes, c'est-à-dire dotées de deux de ces allèles.

Où résiderait l'efficacité de Maoa ? Ce gène code pour une enzyme qui découpe des neurotransmetteurs importants, comme la sérotonine et la dopamine. Or ces molécules contribuent au bonheur et sont même à la base de certains antidépresseurs. Cet allèle correspond à la forme la moins active, celle qui préserve davantage ces neurotransmetteurs de la famille des monoamines, leur permettant d'augmenter leur efficacité et d'améliorer le bien-être.

Reste à résoudre la question de la spécificité de genre : pourquoi les hommes n'en bénéficient pas ? Les auteurs suggèrent que les hauts niveaux de testostérone annihilent cet effet. Mais cela reste à prouver.

L’œil extérieur : c’est quand le bonheur ?

Si le bien-être moral dépend évidemment du contexte, la génétique y contribue également. Cependant, ce domaine de recherche étant récent, les scientifiques creusent afin de combler les nombreuses lacunes auxquelles ils doivent faire face. Ils supposent par exemple que le bonheur ne dépend pas d'un gène ni d'un groupe de gènes, mais plutôt de l'interaction entre plusieurs de ces groupes, rendant les situations encore plus complexes qu'elles ne le sont déjà.

Cependant, tout ne tient quand même pas dans les gènes. Et les hommes aussi ont leur façon d'être heureux. Ce n'est pas un collectif féministe qui le dit mais bel et bien une étude scientifique : ils éprouvent davantage de bien-être lorsqu'ils font le ménage...