Un pluviomètre sert à mesurer la quantité de précipitations tombée sur une surface donnée. © jill111, Pixabay, DP

Planète

Pluviomètre

DéfinitionClassé sous :météorologie , pluviomètre , mesure de précipitations

Par Nathalie Mayer, Futura

 

Un pluviomètre est un instrument utilisé en météorologie dans le but de comptabiliser la quantité de précipitations tombée sur une surface donnée. Les premiers pluviomètres connus dateraient du milieu du XVe siècle.

Mesure des précipitations : pluie mais aussi grêle et neige

Notons que le terme « précipitations » englobe tous les produits de la condensation de la vapeur d’eau dans les nuages : aussi bien la pluie que la grêle ou la neige. La quantité de précipitations atteignant le sol est mesurée en millimètres avec une précision recommandée par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) de 0,2 millimètre.

Aujourd'hui, les pluviomètres sont généralement équipés de capteurs électroniques qui enregistrent en continu les données et les transmettent ensuite à distance.

Où placer son pluviomètre ?

L'OMM recommande de placer le pluviomètre à une hauteur du sol comprise entre 0,5 et 2 mètres. Sur un pluviomètre manuel à lecture directe, on peut alors lire facilement la valeur de la hauteur des précipitations sur une échelle accolée au collecteur. Cette échelle doit cependant être construite de manière à minimiser les erreurs de mesure dues à la dilatation du volume d'eau en fonction de la température.

Sur cette photo, le mécanisme d’un pluviomètre à augets basculants. CambridgeBayWeather, Wikipédia, DP

Pluviomètre à augets basculants

La masse volumique de l'eau de pluie est estimée à environ 103 kg.m-3. Un pluviomètre à augets basculants donne la hauteur d'eau à partir d'une mesure de masse et de la connaissance de la surface de captation. Par exemple, si la masse critique d'un auget est de 20 grammes, chaque basculement correspond à une hauteur de pluie de quelque 0,2 millimètre.

Pluviomètres et erreurs de mesures

Les mesures au pluviomètre sont toujours sous-estimées. Les erreurs sont le résultat des conditions extérieures (vent, température), des caractéristiques du collecteur comme la qualité de son revêtement, de l'usure des augets, etc.

Kézako : comment créer de la neige artificielle ?  C’est l’hiver et les amateurs de glisse sont à la montagne. Parce que la neige n’est pas toujours de la partie, des ingénieurs ont trouvé le moyen d'en fabriquer. Découvrez les secrets de cette neige artificielle grâce à Kézako, une production d'Unisciel et de l’Université de Lille 1. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.