Mots-clés |
  • paléontologie,
  • dinosaure,
  • reptile,
  • oiseaux,
  • feuille

Un reptile possédait-il des plumes avant l’arrivée des dinosaures ?

La découverte d’un reptile possédant des excroissances analogues à des plumes et ayant vécu avant les dinosaures suscite de nombreuses interrogations chez les spécialistes de l’évolution des oiseaux. Une nouvelle étude confirme la nature animale de ces structures mais précise que... ce ne sont pas des plumes, même si elles en présentent de nombreuses caractéristiques. Les oiseaux descendraient donc bien des dinosaures.

Le rôle des pseudo-plumes est inconnu, mais on sait qu'elles ne servaient pas au vol. Peut-être étaient-elles utilisées pour communiquer ou impressionner un adversaire ? © Oregon State University, Flickr, DR Le rôle des pseudo-plumes est inconnu, mais on sait qu'elles ne servaient pas au vol. Peut-être étaient-elles utilisées pour communiquer ou impressionner un adversaire ? © Oregon State University, Flickr, DR

Un reptile possédait-il des plumes avant l’arrivée des dinosaures ? - 2 Photos

PDF

Les plus anciens restes de dinosaures découverts à ce jour datent d’environ 230 millions d’années, soit de la période triasique. Les animaux de cette époque devaient être dépourvus de plumes. En effet, le plus vieil organisme présentant ces productions tégumentaires, un animal de la taille d'un pigeon appartenant à l’espèce Epidexipteryx huiest daté de 152 à 168 millions d'années (Jurassique). Les oiseaux actuels descendraient directement des dinosaures.

Un petit reptile perturbe néanmoins ces propositions. Ayant vécu il y a 230 à 240 millions d’année, il serait plus âgé que les premiers dinosaures et possède cependant ce qui semble être des plumes avec un axe central bien marqué ! Cet intrus se nomme Longisquama insignis. Le seul et unique spécimen fossilisé répertorié à ce jour a été découvert au Kyrgyzstan dans les années 1960. Pour certains scientifiques, une minorité, il s’agit du vrai ancêtre des oiseaux. Pour d'autres, cet animal aurait simplement été enfoui en même temps que des feuilles exotiques. Les pseudo-plumes ne seraient donc pas d’origine animale. Il semblerait qu’ils aient tous tort...

Michael Buchwitz de la Freiberg University of Mining and Technology (Allemagne) fournit une nouvelle explication dans la revue Paläontologische Zeitschrift. Selon lui, ces structures sont bien d’origine animale, mais ne sont pas des plumes ni des écailles pour autant. Il s’agirait plutôt d’ébauches dont le développement aurait été codé par les mêmes gènes que ceux qui donneront naissance aux plumes chez les dinosaures puis chez les oiseaux.

Longisquama insignis semble posséder des plumes alors que cette espèce a vécu 75 millions d'années avant l'archéoptéryx. © Oregon State University, Flickr, DR
Longisquama insignis semble posséder des plumes alors que cette espèce a vécu 75 millions d'années avant l'archéoptéryx. © Oregon State University, Flickr, DR

Oui, les plumes sont bien apparues chez les dinosaures !

Michael Buchwitz a commencé ses travaux en réétudiant le seul fossile disponible. Selon lui, les appendices tégumentaires pénétraient bien dans le corps de l’animal. Leurs bases devaient se situer à proximité de la colonne vertébrale, ce qui signifie qu’ils étaient profondément ancrés dans la peau. L’origine animale est donc confirmée. Mais peut-on parler de plumes ?

Sept excroissances mieux conservées, mais non rattachées à un corps, ont également été retrouvées à proximité du site de la découverte de Longisquama insignis. Les traces fossiles ne révèlent aucune présence de barbes ou de barbillons. De plus, la structure des excroissances tégumentaires ne varie pas sur leurs longueurs et chacune d’entre elles possède un bord particulièrement rigide sans équivalent actuel. En conclusion, il ne s’agit pas de plumes. En revanche, il est vrai qu’il existe des similitudes, dont la présence du protofilament central. Voilà pourquoi l’auteur pense que les gènes impliqués dans le développement des plumes auraient pu coder la formation de ces structures.

Selon Michael Buchwitz, le squelette n’est pas assez complet pour déterminer sa position précise au sein de l’évolution mais il appartient probablement à la lignée qui donna naissance aux ptérosaures, aux crocodiles, aux dinosaures et aux oiseaux. Tous ces groupes possèdent des téguments caractéristiques propres. Quoi qu’il en soit, cette théorie ne remet plus en cause les hypothèses actuelles sur l’apparition et l’évolution des oiseaux. La nature aurait en quelque sorte effectué des essais au cours de l’évolution...


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires