Tech

Voiture à hydrogène : une station-service hybride testée en Suisse

VidéoClassé sous :voiture , voiture électrique , voiture à hydrogène

-

Comme d'autres nations, la Suisse se prépare à l'arrivée massive des véhicules électriques et à hydrogène pour lesquels il faudra développer un réseau de distribution d'énergie. C'est dans cette perspective que l'École polytechnique fédérale de Lausanne a entrepris de tester un concept de station-service capable de recharger les voitures en électricité ou en hydrogène produits sur place et sans émissions de dioxyde de carbone.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Avec l'avènement des voitures électriques équipées de batteries lithium ou de pile à combustible, nos bonnes vieilles stations-service sont amenées à se métamorphoser. Dès à présent, les sociétés privées et les pouvoirs publics planchent sur les solutions qui nous permettront de recharger nos voitures électriques ou à hydrogène. En Suisse, l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a installé une station-service expérimentale à Martigny dans le canton du Valais qui a la particularité de pouvoir recharger aussi bien les voitures électriques sur batterie que celles équipées d'une pile à combustible.

Le plein d’une voiture à hydrogène se fait en 3 minutes

L'hydrogène est produit sur place par électrolyse et à partir d'une électricité fournie par des énergies renouvelables : solaire, éolien et hydroélectricité. Cette électricité produite par la ville de Martigny est stockée dans une mégabatterie de 400 kWh. Cette station-service du futur est équipée de capteurs qui fourniront aux ingénieurs les données « pour mesurer, comprendre et améliorer toutes les étapes de production, de compression, de stockage et de distribution du carburant », explique l'EPFL qui a travaillé sur ce projet avec le Centre de Recherches énergétiques et municipales (CREM), Sinergy et la ville de Martigny.

Crédit : École polytechnique fédérale de Lausanne