L'ombre du Dieu-Ver Leto s'étend sur l'Empire. Régnant depuis Dune, nul ne peut se cacher à sa vision omnisciente. ©Yuriy Mazur, Fotolia

Sciences

Cycle de Dune, Tome 4 : L'Empereur-Dieu de Dune

God Emperor of Dune
Frank Herbert
LivreClassé sous :science-fiction , Frank Herbert , Cycle de Dune

Intelligence, subtilité, profondeur des personnages, L'Empereur-Dieu de Dune, le tome 4 du Cycle de Dune, doit sans doute beaucoup à l’une des premières professions de son écrivain, à savoir la psychanalyste. De nouveau, dans cette grande épopée, le décor ne sert qu’à interroger l’âme et les pulsions humaines. Avec un brio éclatant, l'auteur tisse une intrigue qui tient son lectorat en haleine.

Résumé du livre

Frank Herbert - Cycle de Dune, Tome 4 : L'Empereur-Dieu de Dune

Leto II, le fils de Paul Atréides, est devenu l'Empereur-Dieu de Dune. Ayant embrassé les multiples voix intérieures qui le guident depuis sa naissance, et fait sien le pouvoir de prescience qu'il tient de son père, Leto contemple l'avenir tout en ayant en mémoire le passé de l'humanité depuis ses origines. Et à travers les voiles du temps, se distingue un unique chemin capable de préserver l'humanité de sa totale destruction : le Sentier d'Or.

Pour suivre ce sentier, Leto a dû faire un énorme sacrifice : se séparer de son humanité pour ne faire qu'un avec Shaï-Hulud, le dieu ver des sables de Dune. Devenu une créature monstrueuse, mi-homme mi-ver, Leto a acquis par la même occasion une puissance et une longévité inégalées. Voilà trois millénaires maintenant qu'il règne en dieu sur l'empire bâti par son père. 

En trois mille ans, Dune a bien changé. Autrefois planète désertique peuplée de farouches nomades, ce monde aride est devenu un luxuriant paradis de verdure. L'utopie des Fremen enfin accomplie. Mais tout paradis a sa face cachée, et si Arrakis est désormais fertile, les vers des sables se sont éteints, et l'Épice s'est vue disparaître avec eux. Sous l'Empire de Leto, les Grandes Maisons, le Bene Gesserit, le Bene Tleilax, la Guilde Spatiale et toutes les anciennes puissances qui gouvernaient l'univers connu s'éteignent doucement en se disputant les derniers vestiges de la précieuse denrée. Seul Leto, le dernier ver d'Arrakis, dispose encore de l'Épice et assoit son pouvoir en distribuant parcimonieusement son bien à ceux qui se soumettent à lui.

C'est un temps mort de trois mille ans pour l'Empire. La paix de Leto empêche toute guerre et étouffe toute tentative de rébellion. Nul ne peut échapper à la prescience de l'empereur. Il va même jusqu'à déposséder le Bene Gesserit de son programme génétique pour se l'approprier. Indétrônable, omniscient, invincible, Leto force l'humanité à se tenir tranquille tout en attisant sa frustration. 

Mais que penser d'un immortel tyran qui fourbit lui-même volontairement les armes de sa propre destruction ? Pourquoi tient-il absolument à ce que Siona, la chef des rebelles, prenne place à ses côtés dans le gouvernement ? Pourquoi année après année, siècle après siècle, continue-t-il de ramener à la vie Duncan Idaho, cet ancien soldat qui servait autrefois Paul Atréides ?

Mythologie

  • Duncan Idaho : ancien chef de la sécurité au service de la famille Atréides, Duncan Idaho a juré fidélité éternelle à ce clan qui l'avait sauvé de l'esclavage. À sa mort, lors de la prise de pouvoir de Paul Atréides comme empereur, il avait été ramené à la vie en tant que ghola, un clone pourvu de la mémoire de son ancienne vie. Depuis lors, chaque génération voit apparaître un nouveau Duncan Idaho, constamment remplacé dès que le précédent meurt. Il symbolise les anciennes valeurs que défendaient les Atréides face à un univers en perpétuel changement.
  • L'Épice : produite par les vers des sables de la planète Arrakis, l'Épice est un produit fabuleux. Une drogue capable de rallonger la vie, de donner de brèves visions de l'avenir et de réveiller la mémoire des ancêtres qui sommeille en nous. Elle est indispensable à la Guilde Spatiale pour voyager dans l'espace afin de prédire tout obstacle sur sa route, au Bene Gesserit pour réveiller les pouvoirs des Révérendes Mères et enfin, à la Noblesse pour prévenir le vieillissement, l'Épice est la ressource la plus précieuse de l'univers.
Siona, leader des rebelles est prise de doutes. Et si la rébellion n'était qu'un instrument de plus aux mains de l'Empereur-Dieu ? © jgolby, Fotolia

Analyse

Leto et l'humanité

Tout l’intérêt de ce livre repose dans la relation ambiguë que Leto entretient avec l'humanité. Pourvu de la mémoire de ses ancêtres depuis le commencement des temps, celui-ci connaît par cœur tous les fonctionnements qui régissent l'existence humaine. Il a connu l'accouchement, la guerre, la torture, la mort sous toutes ses formes. Il a été roi et esclave, bourreau et victime. Il a compris les rouages qui poussent l'humain à se comporter en tant que tel.

Leto se sert de ce savoir pour manipuler ses sujets, et expérimente sur les sociétés qu'il contrôle des façons de faire sortir l'humanité des schémas de comportement dans lesquels celle-ci est emprisonnée. Mais paradoxalement, depuis sa mutation, il perd lui-même son humanité et celle-ci lui manque cruellement. Il est bien seul.

Dans l'Empereur-Dieu de Dune, Franck Herbert ne parle pas tant de religion que des schémas comportementaux humains. Quand on sait que cet auteur est psychanalyste de métier, il est d'autant plus intéressant de se pencher sur les messages qu'il envoie à travers son roman.

Une analyse de

Illustrateur, rédacteur