Tech

Android, OS clé du succès pour Samsung

Dossier - Smartphones : la guerre des systèmes d’exploitation mobiles
DossierClassé sous :télécoms , smartphone , Apple

-

Le marché des smartphones se développe autour de systèmes d'exploitation en perpétuelle concurrence. Android, iOS, Windows Phone 7 ou Blackberry OS, chacun veut sa part du gâteau.

  
DossiersSmartphones : la guerre des systèmes d’exploitation mobiles
 

Android est un système presque équivalent à iOS, tant en fonctionnalités qu'en applications. Là où Apple cherche la cohérence et la sécurité, Android offre plus de choix et de personnalisation.

Logo d'android. © Google Inc. - CC BY 2.5
Le Samsung Galaxy S2, sorti en 2011, a été vendu à plus de 30 millions d’exemplaires par Samsung. Il est considéré comme le plus populaire des appareils Android. © Jules Holleboom CC

Android : les raisons du succès

Tout le système est modifiable, de l'accueil au clavier. Les applications ne sont que peu vérifiées avant d'être mises en ligne sur le Google Play Store, le magasin officiel, qui en compte 400.000. Les développeurs fournissent pour la plupart des applications gratuites, financées par la publicité, pour une audience dont il est reconnu qu'elle est peu motivée à payer. Trois quart de ces logiciels sont ainsi gratuits.

Malgré la force de la marque à la pomme, elle n'est pas le plus grand vendeur mondial  de smartphones. Cette place revient à Samsung, qui a lourdement investi dans Android, le système d'exploitation libre de Google. Avec plus de 35 millions de smartphones écoulés au quatrième trimestre 2011, la firme sud-coréenne est devenue le leader de ce marché. Si elle développe son propre OS, Bada, c'est bien Android et la gamme Galaxy (proche de l'iPhone) qui constituent la très grande majorité des ventes de Samsung.

Android tire sa force de son ouverture : il permet aux constructeurs de produire des smartphones aux fonctionnalités équivalentes à un iPhone pour un moindre coût, tout en les laissant se concentrer sur le matériel et surtout la personnalisation, la grande force du système face à ses concurrents. Ce modèle réussit à Samsung (gamme Galaxy), HTC et Sony (gamme Xperia), les trois premiers fournisseurs d'appareils Android dans le monde.

Un enjeu important pour ces constructeurs est ainsi la différenciation. Ces entreprises pourraient très bien livrer Android tel que Google l'a conçu, mais l'intérêt d'appareils aux fonctions identiques serait presque nul. Il s'agit donc de modifier le système, son apparence, de trouver les idées matérielles et de créer les services qui permettront à l'offre de devenir attractive.

Plus de 600 modèles, de marques très diverses - du sud-coréen Samsung aux chinois ZTE et Huawei - sont en circulation, visant toutes les gammes de prix, là où l'iPhone et Windows Phone 7 de Microsoft peinent à s'extirper du secteur haut de gamme qu'ils ont d'abord visé.

Les deux acteurs ayant le plus souffert de la nouvelle concurrence d'Android sont Nokia et Microsoft. Avant dominants, ils ont vu leurs parts de marché fondre avec l'arrivée d'iOS et Android. Malgré la vente de 19,6 millions de smartphones, Nokia a fini l'année 2011 avec des livraisons de téléphones en baisse de 8 % et des pertes de 1,2 milliard d'euros, contre 1,8 milliard de bénéfices en 2010. En septembre 2010, Stephen Elop, ancien cadre de Microsoft, a pris la tête du groupe finlandais.