Tech

Windows : la vague d'écrans noirs est-elle réelle ?

ActualitéClassé sous :informatique , plantage , Windows

Une épidémie de plantages toucherait Windows depuis une récente mise à jour. L'éditeur PrevX, qui a annoncé la nouvelle, a d'abord accusé deux patches avant de se rétracter et de présenter ses excuses à Microsoft.

Le Black Screen of Death : une marée noire planétaire ou une classique panne de Windows ?

Pourquoi donc ces écrans noirs ? Et quelle est l'ampleur du phénomène ? En fait, personne ne le sait. A la fin de la semaine dernière, l'entreprise américaine PrevX, éditrice de logiciels de sécurité, annonçait sur son blog qu'une vague d'écrans noirs s'était abattue sur la planète Windows, touchant toutes les générations, de 2000 à 7 en passant par XP et Vista et affectant des « millions de PC ».

Dans la foulée, PrevX mettait en cause deux patches, KB915597 et KB976098, intégrés dans la dernière mise à jour de Windows, mardi 27 novembre. Poétiquement baptisé Black Screen of Death, ou KSoD, ce type de plantage empêche le démarrage et provoque donc l'apparition d'un écran noir à la place du bureau.

Un bug dans le blog ?

L'erreur proviendrait d'une faille déjà connue de Windows, tapie dans le registre. Découvert par un certain Mark Russinovich quand il travaillait au sein de l'entreprise SysInternals (l'homme a depuis été embauché par Microsoft), ce vice de construction provoque un bug quand une entrée du registre (c'est-à-dire un des innombrables paramètres du système d'exploitation) est censée se terminer par un 0 et qu'elle ne l'est pas. Le paramètre peut alors purement et simplement disparaître. On sait que des logiciels malveillants exploitent ce dysfonctionnement, qui peut se manifester de différentes manières.

Après l'annonce de cette série noire, Microsoft a démenti la responsabilité des mises à jour de Windows dans le blog du MSRC (Microsoft Security Response Center). Les spécialistes de PrevX ont alors « vérifié et re-vérifié » pour finalement exonérer les deux patches de tout soupçon. Sur le blog de la société, Jacques Erasmus, un des ses responsables, présente ses excuses à Microsoft pour la gêne occasionnée. La réalité du phénomène est même mise en doute. Juste après l'annonce de PrevX, la BBC a rapporté une série de plantages affectant spécifiquement Windows 7 mais Microsoft affirme que ses services d'aide à la clientèle du monde entier n'ont rien remarqué. Il n'y aurait pas plus d'écrans noirs qu'à l'ordinaire...