L'innovation

DossierClassé sous :physique , novation , aptitude

-

Interview de Pierre Gilles de Gennes sur la notion d'innovation et la place de la recherche fondamentale en France.

  
DossiersL'innovation
 

Interview de Pierre Gilles de Gennes pour la Revue des Centraliens.

Est-ce que l'on naît innovateur ?

L'innovation, c'est une aptitude qui se cultive, comme le sens de l'observation, ou le sens d'une certaine habileté manuelle. Toutes ces choses-là surprennent. Il y a des tas de gens chez qui on peut développer un esprit imaginatif. Mais attention, le système éducatif français est faible en la matière ! Les classes préparatoires étouffent l'imaginaire. Déjà au niveau de la terminale, l'enseignement vise plus la rigueur que la recherche d'un résultat original. Cette attitude va contre l'innovation.

Que doit-on apprendre aux gens pour qu'ils soient innovants ?

Une certaine tendance au scepticisme peut être utile. Les étudiants doivent prendre l'habitude de ne pas considérer ce qu'on leur a enseigné comme un dogme. Ils ne doivent pas se laisser emprisonner. Quand on travaille en hydrodynamique par exemple, il ne faut pas seulement écrire des équations, il faut aussi expliquer comment Eckman a découvert un phénomène important en regardant la glace dériver sur la Mer Baltique, et en remarquant que la glace n'allait pas exactement dans le sens du vent, mais toujours un peu plus à gauche. Il avait remarqué cela, ensuite il a construit une théorie mathématique des couches limites dans un fluide en rotation (ici : la rotation de la terre). Mais la partie difficile du problème, c'était de repérer que des glaçons ne dérivaient pas exactement dans la direction du vent !

Lorsque je reçois des jeunes, je leur martèle des exemples de ce type. Je procède à un véritable lavage de cerveau. Ca prend un ou deux ans !

Comment s'y prendre ?

Dans le laboratoires de mon secteur, on travaille en groupes. Cette notion de travail de groupe me paraît très importante. On n'a pas besoin d'avoir des gens qui couvrent un domaine immense. Et il faut le dire aux lycéens. Ceux-ci ont toujours l'impression que le chercheur industriel ou le chercheur universitaire doit posséder une espèce de capacité extraordinaire, que c'est un fort en thème redoutable. A dire vrai, dans les centres de recherche nous ne vivons absolument pas comme ça. Nous vivons le travail en équipes, et chacun apporte sa pierre..