Sciences

E. T. : Hawking et Milner promettent 100 millions de dollars au Seti

ActualitéClassé sous :exobiologie , seti , Hawking

Le projet Breakthrough Initiative vise à donner 100 millions de dollars en dix ans au programme Seti, à l'écoute des signaux radio venus d'éventuelles civilisations extraterrestres. C'est le milliardaire Yuri Milner qui est à l'origine de cette opération, soutenue par Stephen Hawking ainsi que Kip Thorne, le conseiller scientifique du film Interstellar, et Ann Druyan, la veuve de Carl Sagan.

Grâce à cette nouvelle somme d'argent, le programme Seti, consacré à la recherche de vie extraterrestre, pourra notamment utiliser des radiotélescopes très prisés et sonder au mieux l'univers. Ici, une image composite en fausses couleurs prise dans le visible et le domaine radio montre la nébuleuse d'Orion et, en orange, les filaments observés par le radiotélescope de Green Bank. © S. Schnee, et al., B. Saxton, B. Kent (NRAO, AUI, NSF)

Décidément, le milliardaire Yuri Milner (cofondateur et actuel président du fonds d'investissement russe Digital Sky Technologies, DST, spécialisé dans l'Internet) s'impose de plus en plus comme un grand mécène de la recherche fondamentale. Après avoir créé la Fundamental Physics Prize Foundation qui a permis à Stephen Hawking et Edward Witten de recevoir des millions de dollars, puis le Breakthrough Prize in Life Sciences destiné aux biologistes, il vient de lancer le projet Breakthrough Initiative.

Milner a commencé par suivre une formation de physicien théoricien spécialisé en physique des particules élémentaires dans les années 1980 en Russie. Cela l'a conduit à côtoyer le futur prix Nobel de Physique Vitaly Ginzburg et à devenir ami avec Andrei Sakharov, l'un des premiers physiciens à établir des ponts entre la cosmologie et la physique des particules élémentaires. Réalisant probablement qu'il ne pourrait pas atteindre le niveau de ces deux géants de la physique théorique, Milner émigra aux États-Unis pour intégrer la Wharton School of Economics, au sein de l'université de Pennsylvanie, d'où il est sorti en 1992 avec un MBA (Master of Business Administration) en poche. Les années suivantes, il devint milliardaire.

Une vidéo pour la promotion de la recherche de civilisations E. T. dans l'univers. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n'est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l'expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « Français », puis cliquez sur « OK ». © Breakthrough Initiatives, YouTube

Yuri Milner, un techno-entrepreneur humaniste et philanthrope

Milner fait donc partie de ses techno-entrepreneurs qui, tel Larry Page ou Elon Musk, ont une formation scientifique poussée, sont inspirés par les idéaux de la science et les rêves de la science-fiction, et qui entendent bien contribuer à des percées scientifiques et technologiques majeures dans des espaces désertés par les États. Milner veut visiblement aussi donner aux acteurs de ces percées le statut auquel ils ont droit, celui de vraies superstars de l'humanité et du troisième millénaire.

Yuri Milner a commencé par des études de physique théorique avant de se lancer dans la finance. Il pèse aujourd'hui plusieurs milliards de dollars. © DR

Un programme pour téléphoner aux E. T.

Sa fortune lui a permis de rassembler autour de lui, à la Royal Society Science Academy de Londres, ce lundi 20 juillet 2015, un aréopage de ces superstars. Il y avait notamment Stephen Hawking, qu'on ne présente plus, Franck Drake, l'un des plus importants pionniers du programme Seti, et Geoffrey Marcy, l'un des plus grands chasseurs d'exoplanètes. Ann Druyan, la veuve de Carl Sagan qui a été avec lui à l'origine de la série Cosmos et du Golden Record emporté par les sondes Voyager, était également présente et ce n'est guère étonnant.

Milner a annoncé en leur compagnie qu'avec le projet Breakthrough Initiative, il allait financer les recherches du programme Seti sur 10 ans à hauteur de 100 millions de dollars (environ 92 millions d'euros), soit trois fois plus que ce qu'avait déjà fait Paul Allen, le cofondateur de Microsoft avec Bill Gates. Une initiative qui a reçu le soutien de plusieurs scientifiques de renom dans une lettre ouverte (notamment Kip Thorne et les prix Nobel Steven Weinberg et James Watson).

Ce projet se décline en deux parties, la première, et la plus importante, le Breakthrough Listen, consistera à tenter de détecter des émissions de civilisations E. T. dans le domaine radio mais aussi sous forme d'impulsions lasers, la seconde, le Breakthrough Message, lance une compétition dotée d'un prix d'un million de dollars. Elle est ouverte à tous et consiste à proposer un message à destination d'une des éventuelles civilisations E. T. que le projet pourrait révéler. Elle s'inscrit donc dans la droite ligne du Golden Record mais aussi du fameux message d’Arecibo, concocté et envoyé par Franck Drake et Carl Sagan à l'aide du grand radiotélescope d'Arecibo le 16 novembre 1974.

Mais, concrètement, qu'est-ce que 100 millions de dollars vont bien pouvoir apporter au projet Seti à part de lui permettre de nous faire rêver et de nous interroger sur notre place dans le cosmos, ce qui n'est déjà pas si mal ?

Il y a 2.500 ans environ, les philosophes grecs réfléchissaient déjà sur la nature de la matière, de l'espace, du temps, sur l'origine de la vie et sur la pluralité des mondes. Aujourd'hui nous continuons leur quête d'une vision générale et rationnelle de l'univers et de la place qu'y occupe l'Homme. © Nasa

Accéder aux radiotélescopes de Green Bank et de Parkes

Cette somme d'argent va permettre aux membres de Seti un accès beaucoup plus important à deux radiotélescopes de légende, celui de Green Bank en Virginie (États-Unis), doté d'une antenne de 100 m de diamètre, et celui de Parkes (Australie), doté d'une antenne de 64 m. La bande spectrale étudiée dans le domaine radio sera cinq fois plus large et concernera une partie de la voûte céleste dix fois plus étendue que précédemment. L'analyse des signaux radios, qu'ils soient naturels ou pas, sera, elle aussi, cent fois plus rapide. Au final, le programme Seti devrait voir sa sensibilité multipliée par 50 et pourra ainsi écouter pas moins d'un million d'étoiles parmi les plus proches du Soleil. Comme auparavant, les données et les logiciels utilisés pour analyser les signaux seront en accès libre dans le cadre de SETI@home qui compte pas moins de 9 millions de contributeurs sur la Planète bleue actuellement.

Le télescope de Green Bank (GBT) est le plus grand radiotélescope orientable du monde. Ses équipements font partie du réseau du National Radio Astronomy Observatory (NRAO) et se situent à Green Bank, en Virginie-Occidentale, aux États-Unis. © Green Bank, NRAO

C'est probablement là que se situe le vrai intérêt de ce projet : aider l'humanité à passer à un nouveau palier de conscience, à une nouvelle appréhension de sa place dans l'univers en aidant à fédérer les membres de la noosphère autour d'un projet commun basé sur l'exploration scientifique du cosmos, bien dans l'esprit de Carl Sagan et de la célèbre photographie Un point bleu pâle (Pale Blue Dot en anglais) prise par la sonde Voyager 1 en 1990.

L'immensité de l'Espace et du Temps est telle qu'il est bien peu probable que nous puissions recevoir une message d'une civilisation E.T. avec une technologie un peu plus avancée que la nôtre utilisant encore des ondes radio pour communiquer ou trahissant sa présence par celles qu'elle utilise dans sa vie quotidienne. Il semble bien plus probable que des civilisations technologiques deviennent rapidement des super IA, c'est-à-dire des être dotés d'une intelligence bien plus évoluée que la nôtre, qui n'ont pas plus d'intérêt à communiquer avec nous que nous le ferions par radio avec des bactéries. Mais qui peut vraiment le savoir ?