Sciences

Neil Armstrong rejoint les étoiles

ActualitéClassé sous :Astronautique , Neil Armstrong , Apollo

-

Neil Armstrong, le premier Homme à avoir marché sur la Lune en juillet 1969, est mort ce weekend à l'âge de 82 ans à la suite de complications après une opération cardiovasculaire. Il n'aura pas seulement marqué de son empreinte le sol lunaire mais aussi celui de la conquête spatiale en devenant, au fil du temps, une source d'inspiration pour beaucoup.

Le 21 juillet 1969, à 3 h 56 (heure française) Neil Armstrong était le premier Homme à marcher sur la Lune lors de la mission Apollo 11. © Nasa

Né le 5 août 1930 à Wapakoneta, dans l'État de l'Ohio, Neil Armstrong intègre la Nasa en 1955 et 14 ans plus tard, le 20 juillet 1969, devient le premier humain à marcher sur la Lune avec sa célèbre déclaration : « C'est un petit pas pour l'homme, mais un pas de géant pour l'humanité ». Son premier vol dans l'espace, il l'effectue en septembre 1966 avec David Scott lors de la mission Gemini 8 au cours de laquelle les deux astronautes réaliseront le premier amarrage orbital de deux modules spatiaux.

Neil Armstrong est réellement né sous une bonne étoile. Tout au long de sa vie, cet homme a frôlé la mort à plus d’une reprise. Guerre de Corée, pilote d’essai, programmes Gemini et Apollo, autant d’étapes dans sa carrière jalonnée d’accidents qui auraient pu lui coûter la vie. © Nasa

Neil Armstrong, un des plus grands héros des États-Unis


Fervent défenseur de l'exploration spatiale, il militait pour le retour de l'Homme sur la Lune et plaidait en faveur de missions humaines sur Mars. Très sceptique à l'idée de voir la Nasa confier au secteur privé le transport d'équipage en orbite basse, il était également circonspect sur l'avenir de SpaceX.

En 2009, il avait fustigé la décision de Barack Obama d'annuler le programme Constellation de retour sur la Lune prévu en 2020, qui avait été fixé par le président Georges Bush en 2004.


Retour sur la mission Apollo 11. © Nasa/YouTube

Quarante-trois ans après son premier pas sur la Lune, il laisse une Nasa dans l'expectative. Avec le retrait des navettes spatiales et la nouvelle approche du vol spatial habité ouvrant la porte à la privatisation de l'accès à l'espace, le futur de l'exploration spatiale américaine est bien incertain.