Sciences

Revivez la conquête de la Lune en 7 images, d'Apollo à Chang'e 3

ActualitéClassé sous :Astronomie , E2014 , lune

Alors que le rover chinois Yutu (lapin de jade) vient d'alunir, Futura-Sciences profite de l'occasion pour revenir sur les grandes histoires de la conquête de la Lune, depuis son premier survol jusqu'aux projets futurs, sans oublier cette époque où les Hommes posaient régulièrement le pied sur notre seul satellite naturel...

La Lune, qui illumine nos nuits, fascine l'Homme depuis des millénaires. Et fait l'objet de nombreuses missions spatiales depuis la fin des années 1950. Aujourd'hui encore, différents pays cherchent à l'atteindre. © Spirit Fire, Flickr, cc by 2.0

Hergé en a rêvé, Neil Armstrong l'a fait. À une époque où la diplomatie mondiale présentait une autre face, avec un globe souffrant de bipolarité, partagé entre les États-Unis et l'Union soviétique, une libre concurrence s'était engagée entre les deux superpuissances concernant la conquête de l’espace et de la Lune. Si les Russes ont tiré les premiers, en envoyant Youri Gagarine au-delà de l'atmosphère terrestre, ce sont bel et bien les Américains qui ont été les pionniers dans l'exploration lunaire.

D'abord, la mission Pioneer 4, qui consistait à survoler notre satellite en 1959, est la première à aboutir, après les échecs des Soviétiques. Mais ceux-ci se rattrapent en photographiant la face cachée de la Lune avec la mission Luna 3, et en s'y posant en douceur le 31 janvier 1966 dans le cadre de la mission Luna 9. L'URSS prend donc un coup d'avance sur l'échiquier lunaire.

Le 23 août 1966, Lunar Orbiter 1 prenait la première photo de la Terre depuis la Lune. © Nasa

Premiers pas sur la Lune

Mais l'histoire retient surtout la date du 21 juillet 1969, lorsque Neil Armstrong d'abord et Edwin « Buzz » Aldrin dans ses pas foulèrent le sol lunaire. Apollo 11 se solde par un succès retentissant, qui en amène d'autres. À plusieurs reprises encore, les astronautes états-uniens posent le pied à plus de 380.000 km de leur planète d'origine. Jusqu'en décembre 1972, et la mission Apollo 17, depuis laquelle aucun Homme ne s'est éloigné de la Terre de plus de quelques centaines de kilomètres.

Cette célèbre photo de Buzz Aldrin, deuxième Homme à marcher sur la Lune, a fait plusieurs fois le tour de la Terre. © Nasa

Entretemps, les deux ennemis se répondent à coup de rovers qui alunissent. Cette fois, ce sont les Soviétiques qui frappent les premiers... et les derniers. Le Lunokhod 2 déposé au cours de la mission Luna 21 parcourt même 37 km à la surface de notre satellite, avant de s'éteindre le 3 juillet 1973. Et puis le désert... ou presque.

Eugene Cernan, commandant de la mission Apollo 17, s'approche du module lunaire LRV, l'un des véhicules motorisés à avoir roulé sur la Lune. Photo prise par Harrison Schmitt, le 13 décembre 1972. © Nasa

De longues années durant, la conquête de la Lune n'entre plus vraiment dans les plans des stratèges russes et américains. Les Japonais tentent d'entrer dans la danse en 1990, avec la sonde Hiten, mais les objectifs ne sont pas pleinement remplis. Les États-Uniens lancent avec succès en 1994 et 1998 leurs orbiteurs Clementine et Lunar Prospector.

La Lune photographiée depuis son pôle nord par LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) le 7 septembre 2011. Les différentes sondes ont permis de révéler l'astre sélène sous d'autres aspects. © Nasa, Goddard Space Flight Center, université d'État de l'Arizona, Wikipédia, DP

De nouvelles puissances spatiales observent la Lune

Puis la Lune commence à faire rêver la concurrence. L'Europe, au travers de l'Esa, se distingue en 2003, grâce à sa sonde Smart-1, qui remplit la mission qu'on lui a confiée. Le Japon revient à la charge durant le deuxième semestre 2007, avec succès cette fois, avec la mission Selene, qui a permis de mieux définir la géomorphologie de la Lune. Puis l'Inde y va également de sa sonde et met en marche Chandrayaan-1 l'année suivante, afin de se tester. Là encore, les objectifs sont remplis.

Image étrange de la Lune. Constituée par la sonde Galileo dans sa route vers Jupiter, cette mosaïque de 53 images prises à l'aide de trois filtres permet, en exagérant les fausses couleurs, de se donner une idée de la géologie lunaire. À chaque variation subtile de couleur correspond un minéral différent. © Nasa

La Chine, en tant que puissance émergente, tient aussi à se tailler la part du lion. Dépassant les Indiens de quelques mois avec la mission Chang'e 1, c'est désormais la troisième phase du plan que l'Empire du Milieu vient de réussir. Ce 14 décembre, le rover Yutu (qui se traduit par « lapin de jade ») a aluni sans encombre, et arpente désormais la surface lunaire pour les trois mois à venir. Le dernier objet intact créé de main humaine à parcourir la Lune depuis le 22 août 1976, et la mission Luna 24.

La Lune avec Mars en ligne de mire

Désormais, d'autres projets sont planifiés. Les Russes reviennent dans la partie et envisagent plusieurs missions d'ici à 2020. Les États-Unis comptent envoyer des astronautes en orbite à 200 km au-dessus de la surface de la Lune. La Chine puis le Japon tenteront un alunissage dans la décennie à venir, et espèrent ramener des échantillons.

Cette vue d'artiste représente une mission lunaire habitée menée par la Nasa aux alentours de 2020. Les Américains pourraient bientôt faire marcher de nouveaux Hommes sur la Lune. © Nasa, Wikipédia, DP

La Lune redevient attractive et suscite de nouveau l'intérêt des programmes aérospatiaux mondiaux. Une façon de s'entraîner vers un autre objectif : celui de notre planète voisine, Mars. Car indubitablement, un jour prochain, la Planète rouge sera à son tour foulée par l'Homme.