Le réservoir principal vient d'exploser. Un nuage d'hydrogène s'est enflammé tout autour de l'engin. Le booster gauche poursuit sa route. La navette est perdue. © Nasa

Sciences

Ina : il y a 25 ans, la navette Challenger explosait

ActualitéClassé sous :Astronautique , INA , navette Challenger

Le 28 janvier 1986, la navette Challenger explosait en plein vol après son décollage de Cap Canaveral, devant tous les spectateurs qui assistaient au lancement et devant les caméras de télévision.

La mission STS-51-L commence avec deux heures de retard car il fait très froid sur le Kennedy Space Center ce 28 janvier 1986. Durant la nuit, la température est tombée en dessous de 0°C, ce qui est rare en Floride. À 11 h 38 (heure locale), le décollage peut enfin avoir lieu. De nombreux spectateurs sont venus assister au lancement. La navette spatiale Challenger (du nom d'un navire qui a réalisé la première grande campagne océanographique au XVIIIe siècle), qui en est à son dixième voyage vers l'espace, transporte un satellite (TDRS-2, Tracking Data Relay Satellite-2), un instrument pour suivre la comète de Halley (Spartan) et sept astronautes.

Parmi eux figure une passagère : Christa McAuliffe, 38 ans. Elle n'est pas astronaute professionnelle mais institutrice et a été sélectionnée pour devenir la première personne de la société civile (après Harrisson H. Schmitt, géologue, qui avait pu étudier sur place le sol lunaire durant la mission Apollo 17) à voyager au-delà de l''atmosphère. L'idée est de montrer que l'accès à l'espace est en train de s'ouvrir aux citoyens ordinaires. L'institutrice donnera un cours depuis l'orbite terrestre, le premier du genre...


Bernard Rapp, présentateur du 20 heures d’Antenne 2, annonce la nouvelle et lance le sujet préparé par Hervé Brusini. L’heure est « davantage à l’émotion qu’à la recherche d’explications ». © Ina

Défaut de conception

L'explosion survient 73 secondes après le départ (45 dit le reportage de l'époque réalisé juste après l'événement). Comme pour l'accident de Columbia, l'enquête a reconstitué la chaîne d'événements qui a conduit à l'accident de Challenger, dû à la rupture d'un joint torique de l'un des propulseurs à poudre (les deux boosters installés de part et d'autre du lanceur). Le froid intense durant la nuit a fragilisé ces joints, qui n'avaient pas été testés pour une température aussi basse, exceptionnelle en Floride.

Le joint du propulseur droit a cédé, laissant s'échapper une flamme dirigée vers le réservoir principal, contenant de l'hydrogène liquide (au niveau de cette flamme) et, au-dessus, de l'oxygène liquide. À la manière d'un chalumeau, elle a fait fondre la structure du réservoir, provoquant une inflammation brutale, étendue et destructrice. L'engin, à ce moment, grimpait à Mach 1,92.

L’équipage de la mission STS-51-L

  • Commandant : Francis R. Scobee, vétéran qui en était à son deuxième vol
  • Pilote : Michael J. Smith, novice de l'espace et pilote d'essai de la US Navy
  • Spécialistes de mission : Judith A. Resnik (deuxième vol dans l'espace), Ellison Onizuka, Eagle Scout (deuxième vol), Ronald McNair (physicien, deuxième vol)
  • Spécialistes de charge utile : Gregory B. Jarvis (pilote), Christa McAuliffe (institutrice)