Les TALEN sont des ciseaux moléculaires qui servent à modifier le génome. © natali_mis, Fotolia

Santé

Talen

DéfinitionClassé sous :médecine , TALEN , édition génomique

Les Talen sont des enzymes de restriction capables de couper un brin d'ADN au niveau d'une séquence spécifique. C'est un outil d'édition génomique qui permet de modifier le génome d'une cellule. Le principe consiste à découper l'ADN grâce aux nucléases pour enlever ou ajouter une séquence particulière. Talen est l'acronyme de Transcription activator-like effector nucleases. Ce sont des nucléases qui activent des facteurs de transcription.

Ces enzymes ont été créées en fusionnant :

  • un domaine de liaison à l’ADN formé d'une succession de TAL effectors, des protéines qui sont sécrétées par une bactérie pathogène des plantes, Xanthomonas. La séquence d'un TAL effector varie au niveau de deux acides aminés qui servent à reconnaître un nucléotide dans l'ADN. Par conséquent, en combinant différents TAL effectors, on peut avoir un domaine de liaison qui reconnaît une séquence particulière de l'ADN.
  • un domaine catalytique.

Utilisation de l’outil TALEN en santé et en agriculture

L'outil Talen a été utilisé pour traiter par immunothérapie des patients atteints de leucémie. En 2017, deux jeunes patientes auraient été guéries grâce à des lymphocytes T d'un donneur qui ont été modifiés génétiquement par Talen.

En recherche agronomique, il est possible de modifier le génome des animaux, des plantes par Talen. Des vaches transgéniques ont ainsi été produites. Mais souvent, l'utilisation des outils Talen est supplantée par celle de CRISPR-Cas9, un autre outil d'édition génomique, jugé particulièrement rapide, simple et bon marché.

Cela vous intéressera aussi

Interview 4/5 : risques et enjeux des OGM  Avec la naissance des OGM et leur commercialisation apparaissent certaines questions. En effet, quels pourraient être les risques sanitaires et l'impact sur l'environnement de ces produits ? Afin de mieux comprendre les OGM et leurs enjeux, nous avons interviewé Jean-Louis Serre, professeur de génétique.