Santé

Pourrait-on dépister la dyslexie avant l’apprentissage de la lecture ?

ActualitéClassé sous :médecine , Dyslexie , apprentissage de la lecture

En analysant la structure du cerveau de plusieurs enfants, des chercheurs ont mis en évidence un lien entre le volume de la substance blanche et les capacités d'apprentissage de la lecture. Cette stratégie permettrait de dépister précocement la dyslexie, pour prendre rapidement en charge les individus qui en souffrent.

Le cerveau humain, ici vu sous IRM, cache encore de nombreux mystères. Dans une étude, les scientifiques ont réussi à mettre en évidence des volumes de matière blanche distincts entre des enfants ayant des capacités d'apprentissage de la lecture différentes. © Mark Lythgoe, Chloe Hutton, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Certains enfants présentent des troubles de l’apprentissage et ont du mal à accomplir certaines tâches utiles à l'école et plus généralement dans la vie quotidienne. La lecture, l'écriture et le calcul peuvent ainsi représenter des activités presque insurmontables pour ces personnes, qui ont pourtant une intelligence normale. Les problèmes de langage sont les plus courants et s'avèrent parfois très invalidants. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime en effet que 8 à 10 % des enfants souffrent de dyslexie, une pathologie qui se caractérise par des difficultés à identifier les lettres, et donc à apprendre à lire et à s'exprimer correctement.

Les personnes dyslexiques ont des problèmes d'apprentissage, mais n'en sont pas moins intelligentes. Pour preuve, de nombreuses personnalités souffraient de cette pathologie. C'est le cas de Vincent van Gogh (ici, en autoportrait), mais aussi de Léonard de Vinci, Albert Einstein, Pablo Picasso, Wolfgang Amadeus Mozart et Jules Verne, pour n'en citer que quelques-unes. © Wikimedia Commons, DP

La dyslexie peut entraîner une marginalisation sociale. Afin d'aider les individus qui en souffrent, il est primordial de la repérer le plus tôt possible. Des chercheurs américains du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge auraient découvert le moyen de réaliser cet exploit. Ils ont montré que le volume de la substance blanche, qui relie les différentes aires actives du cerveau, était un indicateur de cette pathologie. Cette caractéristique servirait à la repérer très tôt, chez des enfants n'ayant pas encore appris à lire. Ces résultats sont publiés dans la revue The Journal of Neuroscience.

Baisse du volume de la matière blanche chez les dyslexiques ?

Pour cette étude, les auteurs ont recruté 40 enfants (21 filles et 19 garçons) âgés de 4 à 6 ans et débutant l'apprentissage de la lecture. Dans un premier temps, les candidats ont été soumis à six tests destinés à appréhender leur capacité à identifier les lettres, les mots et les sons. Les chercheurs ont ensuite réalisé des images par résonance magnétique (IRM) de leur cerveau. Les résultats ont montré que les enfants ayant des problèmes dans l'articulation des sons et l'acquisition des bases de la lecture avaient des clichés IRM particuliers. Chez eux, le faisceau arqué gauche était moins volumineux que chez les autres. Or, cette région de la substance blanche est composée d'axones qui relient plusieurs zones cérébrales impliquées dans l'acquisition du langage.

Ce résultat n'est pas vraiment surprenant et concorde avec d'autres expériences réalisées chez les adultes. En effet, des scientifiques avaient déjà montré que les adultes lisant mal possédaient aussi un faisceau arqué gauche plus petit que la normale. Cependant, il restait à définir clairement si ce phénomène était dû à un manque de pratique de la lecture ou s'il était la conséquence d'un défaut d'apprentissage.

« Nous ne savons pas encore ce qui cause cette différence, explique John Gabrieli, le directeur de l'équipe. Cela pourrait être à la fois génétique et environnemental. » Les chercheurs prévoient maintenant de continuer à examiner le groupe d'enfants, afin de suivre leur progression dans les apprentissages et d'examiner leur cerveau au cours du temps par IRM.