Le yoga sera-t-il bientôt répandu dans les hôpitaux ? Cette pratique favorise la libération d'endorphines, qui calment la douleur, et diminue la production de molécules inflammatoires. © LuckyImages, Shutterstock

Santé

Le yoga entre à l'hôpital

ActualitéClassé sous :maladie , hôpital , yoga

Le yoga, pratique ancestrale indienne, est de plus en plus utilisé dans les hôpitaux français en complément des soins traditionnels. Il est proposé à des patients souffrant de cancer ou de douleurs chroniques.

Dans les hôpitaux et CHU de France, le yoga trouve petit à petit sa place auprès des patients cancéreux et douloureux chroniques. Ce sont les deux champs principaux d'applications pour lesquelles une pratique régulière a fait ses preuves.

En 2012, l'AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) a signé un accord avec le ministère de la Santé chinois. Depuis quatre ans, acupuncture, hypnose, ostéopathie, massages et qi gong (gymnastique chinoise) complètent la prise en charge au sein des établissements. À l'instar de ces disciplines, le yoga fait désormais partie des « soins de support ».

À l'hôpital Saint-Louis, à Paris, cela fait presque cinq ans que les patientes atteintes d'un cancer du sein peuvent bénéficier, si elles le souhaitent, de séances de yoga gratuites. Cette initiative a été lancée par la docteure Caroline Cuvier, oncologue. Ce grand écart entre monde oriental et occidental aide les patientes à supporter les effets secondaires des traitements et à faire face à la maladie en se réappropriant leur corps.

Dans certains cas, le yoga permettrait de réduire ou de mieux supporter un traitement. © Izf, Shutterstock

Le yoga aide à gérer les douleurs du dos et favorise le sommeil

Dans le service du professeur Bruno Fautrel, chef du service de rhumatologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris (13e arrondissement), ce sont des patients souffrant de maux de dos chroniques qui bénéficient de séances de yoga. Ces sessions s'inscrivent dans un programme plus vaste (rééducation, Pilates...) de plusieurs semaines pour redonner aux patients une mobilité à peu près normale et leur apprendre à gérer la douleur pour qu'ils deviennent acteurs de leur guérison.

Les praticiens ont constaté qu'une pratique régulière de yoga favorise le sommeil, la sécrétion d'endorphines (qui calment la souffrance) et diminue la production des substances inflammatoires. Parfois, les doses de médicaments - antidouleurs et antidépresseurs - sont même diminuées.

Pionnier en la matière, l'hôpital d'Eaubonne (Val-d'Oise) a ouvert la première consultation de yogathérapie en juin 2012, où le yoga est considéré comme un traitement à part entière. À l'origine de ce projet, la docteure Jocelyne Borel-Kuhner, médecin urgentiste spécialiste de la douleur et alpiniste, qui propose un travail en douceur avec des postures adaptées à chaque pathologie, synchronisées avec le souffle. Après trois années et plus de 130 patients traités, elle compte lancer une étude clinique pour évaluer scientifiquement les effets du yoga postural. Selon elle, les résultats sur la douleur et sa souffrance associée sont très encourageants. La prise en charge médicale et scientifique d'une consultation de yogathérapie est garante d'une vue globale du patient et de sa pathologie, sur les plans physique, psychique et émotionnel, quelle que soit l'évolution aiguë ou chronique, curative ou préventive.

L'arbre antidouleur d'Afrique  Le neurobiologiste Michel de Waard raconte comment avec son équipe ils ont découvert qu'une plante médicinale, le pêcher africain, contenait de fortes doses de tramadol, un antidouleur de synthèse sur le marché depuis 40 ans. © Inserm